Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

30 décembre, 2011

Ma kobo Ewondo « Dieser Text ist am 30. Dezember 2011 geschrieben »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:49

Mavoglo Ewondo : J’écoute l’Ewondo

Anë fe : Comme

Mene zam ke toaba amvuss (se prononce amvouss) : Comme Je peux aussi m’asseoir derrière

Anë fe : Comme

Mene zam ke toaba amvuss (se prononce amvouss) : Comme Je peux aussi m’asseoir derrière

Ne mavoglo Eyegle Zukulu : Pour écouter le
maître de classe

Mkpaman : le nouveau (la nouvelle, les nouveaux)

Mkpaman Amvoe : Le nouveau testament

Nyia : mère

Nyia woe : Sa mère

Bane Boanga bayege Nquoba Ewondo

 

Les petits enfants apprennent la langue
ewondo

 

Nquoba (se prononce Anquoba) : la
langue

 

Mabegue Anfek : Je porte le sac

 

Tsoss : L’Eglise

 

Maake anda Tsoss amoss Soanda : Je
me rends à l’Eglise le dimanche

 

AmeMoss me Soanda, maake a Mess :
Les dimanches en général, je me rends à la messe

 

Zukulu (se prononce Zoukoulou) :
L’école

 

Boanga baake a Zukulu : Les
enfants vont à l’école

 

Bayege Ingliss, Fulensi, Sport, Bivoë
esse : Ils apprennent l’Anglais, le Français

 

Nkane Bivoë : Des sortes de jeux

 

(Nkane Bivoë : Ndamba,
« Football », Bake Mimbil «  Ils courent »)

 

Akomdo : l’éducation civique, la
politesse

 

Bayege Akomdo : Ils apprennent la
politesse

 

Eding akam ebot bevoak : le
respect des autres (quelque soit le rang social)

 

Eding : L’amour

 

Metoa assis ossou banc : Je suis assis
devant

 

Anë fe Mene zam ke toaba  amvuss (se
prononce amvouss) : Comme Je aussi m’asseoir derrière

 

Ne mavoglo Eyegle Zukulu : Pour
écouter le maître de classe

 

Nge Eyegle Doacten kik ! :
Aussi bien que l’enseignant de la religion (le catéchiste,
l’enseignant du Coran ou de la Torah, etc)

 

Metoa assis ossou banc anë fe Mene zam
ke toaba amvuss ne mavoglo Nyeguele Zukulu : Je suis assis
devant comme je peux également m’asseoir derrière afin d’écouter
le maître d’école

20 novembre, 2011

Zamba akobo aï bia a anyu Mban Moan Woe Oben  » Bod Bayege Ewondo »

Anyu ( se prononce « A-NYOU ») : La bouche

Biadzen : Nous cherchons

Madzen : Je cherche

Wadzen : Tu cherches

Adzen : Il (elle) cherche

Miadzen : Vous cherchez

Badzen : Ils (elles) cherchent

Efas (se prononce « AIFASS ») : La partie, une part

Bifas : Les parties

Betara ban : Nos pères à nous, nos propres pères

Mbol : Comme

Akobo : Il parle

Akobo aï bia : Il parle avec nous

 Osu (se prononce « OSSOU ») première

Efas Osu : La première partie

Efas Béé : La seconde (deuxième) partie

Zamba Abraham : Le Dieu d’Abraham

Zamba Betara : Le Dieu de nos pères

Efas Lala (se prononce comme il s’écrit) : La troisième partie.

Efas Nyina ; La quatrième partie

Mbol Ya Zamba akobo aï bia anyu Betara ban : Comme Dieu parle avec nous au travers de la bouche de nos grand-parents (parents) / Comme Dieu nous parle par le biais de nos ancêtres (grand-parents).

 Makobo aï wa : Je parle avec toi

Wakobo aï ma : Tu parles avec moi

Akobo aï wa : Il (elle) parle avec toi

Byakobo aï wa : Nous parlons avec toi

Myakobo aï ma : Vous parlez avec moi

Bakobo aï wa : Ils (elles) parlent avec toi.

Mbol Ya Zamba akobo aï bia anyu Abraham aï anyu Beprofet : Comme Dieu nous parle par la bouche d’Abraham et par la bouche des prophètes.

Mbol Ya Zamba akobo aï bia a anyu Mban Moan Woe Oben : Comme Dieu nous parle par la bouche de son fils

 Menga – kom : J’ai arrangé, j’ai construit

 Nganga abui : Merci beaucoup

Ngan abui aï e bod bese benga noan ndzug ne bakom a kalara nyo : Merci beaucoup à toutes les personnes qui ont pris la peine de participer à la fabrique de livre.

Ebug Zamba enga noan nyol « Bya kobo Ewondo »

Classé dans : Anga,Asu,Bebela,Beti,Biadzen,Dzala,Ebug,Ewondo,Katekismus,Mbiean,Ndo,Oyag,Wadan,Zamba — ewondo @ 19:21

Dzala : RemplirMa-dzala : Je remplis

Wa-dzala : Tu remplis

A-dzala : Il (elle) remplit

Bya-dzala : Nous remplissons

Mya-dzala : Vous remplissez

Ba-dzala : Ils (elles) remplissent

Ndo : Alors

Nti emen (se prononce « Anti émen ») : Dieu lui-même

Adzo na : Dire ceci ou cela, Dit ceci, il (elle) dit ceci

Madzo na : Je dis ceci, « « La phrase est censée se poursuivre » »

Wadzo na : Tu dis ceci

Adzo na : Il (elle) dit ceci

Byadzo na : Nous disons ceci

Myadzo na : Vous dites ceci

Badzo na : Ils (elles) disent ceci

Azu (se prononce « Azou ») : Venir

Asu (se prononce « Assou ») : C’est pour cela

Va (se prononce « Vaa ») : Enlever, Ôter, Abolir

Fulu (se prononce « Foulou ») : La loi, les caractères, attitudes, manières

Mbembe Fulu : Bon caractère

Ambe Fulu : Mauvais caractère

Mazu dzala : Je viens remplir

Wazu dzala : Tu viens remplir

Azu dzala : Il (elle) vient remplir

Byazu dzala : Nous venons remplir

Myazu dzala : Vous venez remplir

Bazu dzala : Ils (elles) viennent remplir

Ma-va : J’enlève

Wa-va : Tu enlèves

A-va : Il (elle) enlève

Bya-va : Nous enlèvons

Mya-va : Vous enlevez

Ba-va : Ils (elles) enlèvent

Anga Kobo aï Beza ? : Il a parlé avec qui ? , Avec qui parlait-il ?

Ndo Anga Dzo Ya ? : Alors, qu’a-t’il dit ? , Alors il a dit quoi ?

Mazu : Je viens

Wazu : Tu viens

Azu : Il (elle) vient

Byazu : Nous venons

Myazu : Vous venez

Bazu : Ils (elles) viennent

————————-

Meki : Le sang

Nsili (se prononce « AnSilli ») : Une question

Ma-Nsili : Je demande

Wa-Nsili ; Tu demandes

A-Nsili : Il (elle) demande

Bya-Nsili : Nous demandons

Mya-Nsili : Vous demandez

Ba-Nsili : Ils (elles) demandent

Ndo fe Nti emen adzo na : « Mandzi ki so na mazu va fulu, menga so fo he na mazu dzala fulu n’enyeb »

Alors le Seigneur lui-même dit ceci « Je ne suis pas venu ôter les caractères (ou changer les attitudes), je suis venu également pour améliorer la Loi (les caractères de foi). // Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

 

Asu te ndo e Katekismus Ewondo nyo adzen na Abäbe mefeg m’eyin ya maso bia a Betara, abëbëge fe Mbembe Foe Yesus-Kristus asu mfi enyin te. Asu te a fe ane dzoe na : « Ayege Enyin Aï Mbiean Mbembe Foe Yesus Kristus Asu Enyin ».

Oyag Y’e Katekismus nyo wadan ki Nsili nyu na : « Ye Zamba Ane ? » Amu ye na , bebela dzam nyo na : « Zamba Ane », Ane Man Beti ase a Meki.

Ebug : La parole

Ebug Zamba enga noan nyol : La parole de Dieu s’est faite chair

Nyol : Chair, Corps

Oyag wan one na : « Ye Zamba Anga Kobo Fo Aï Bod Bebela Nga ? »

Ndo Biadzen Ebug Zamba aï Nyian woe : « Ebug Zamba enga noan nyol, ndo enga zu tobo aï bia.

Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.

Asu te e man mese Zamba ayi abe bia mene abe Yesus-Kristus, Ebug ya Zamba anga fala a anyu die asu dan.

Mbembe Foe Yesus Kristus aï esye akode dzié « Ma kobo Anlan Ewondo »

Kristen : ChrétienBetara : Nos pères, nos ancêtres

Nda : La maison

Zamba : Dieu

Y’anon : Prend

M’anon : Je prends

W’anon : Tu prends

Anoan : Il (elle) prend

By’anon : Nous prenons

My’anon : Vous prenez

B’anoan : Ils (elles) prennent

Siki : Ce n’est pas

Mbol : Parce que, car

Mefeg : Les intelligences

Feg : L’intelligence

Mefeg mete mene zen : Toutes ces intelligences sont le chemin

Mene : Je suis

Wane : Tu es

A ne : Il (elle) est

Bi ne : Nous sommes

Wa ne : Vous êtes

Be ne : Ils (elles) sont

Zen : Le chemin

Zamba emen : Dieu lui-même

Akada : Pour la bonne parole

Mu (se prononce Mou) : Ici

Mesiki (se prononce Me Siki) mu : Je ne suis pas là(ici)

Wasiki mu: Tu n’es pas là

Asiki mu : Il (elle) n’est pas là.

By’siki mu : Nous ne sommes pas là (ici)

My’siki mu : Vous n’êtes pas ici (là)

Besiki mu : Ils (elles) ne sont pas là (ici)

Esye : Le travail

Ma’Loe : J’appelle

Wa’Loe : Tu appelles

A’Loe : Il (elle) appelle

Bya’Loe : Nous appelons

Mya’Loe : Vous appelez

Ba’Loe : Ils (elles) appelent

Mefulu (se prononce Mefoulou) : Les caractères, les attitudes, les manières

Olugu : Le respect

Mimbem Be : Les bonnes

Nda Zamba Y’anon fo aï mod olugu nen mimbem be mefulu Betara ; Siki h’asu mbol mefeg Betara mete matyan asu enyin mod, a Badegan a fedegan fo mbol mefeg mete mene zen ya Zamba emen anga bonde asu akada le Mbembe FoeYesus Kristus. Amu ye na, Mbembe Foe Yesus Kristus aï esye akode dzié, bia komodo, bia nea, bidzalega fe a tud e dzi ese ene mben a mefulu me feg Betara. Asu te ndo asiki aï mfi na, wa, Man Evindi, nge wayi bo kristen, he otari sie wamen ; layi fo na, obelan aï mefeg Betara mben aï a bebela, akyaé ye na fulu nyebe ebugeban a mbembe fulu mod a yob.

Ebug : La parole

Ebug Zamba : La parole de Dieu

Za bia loe na Katekis ? : Qui appelle t’on Catéchiste ?

Katekis ane Kristen : Le catéchiste est un chrétien

Katekis ane Kristen ya belë mbembe nyian aï mfan feg, aï ngul ya bo esye nkad foe Yesus-Kristus mben.

Bine : Nous sommes

Nyia modo : Les grands personnes, les adultes

Bine ngul : Nous sommes forts

Bine ngul aï Ebug Zamba : Nous sommes forts avec la parole de Dieu

7 novembre, 2011

Abog ya bianyin di « Ma kobo Anlan Ewondo »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:36

 Awulu a Mfyè ete

Il marche dans la lumière

Miayem : Vous savez

Mwuwub (se prononce Mwouwoub) : un voleur (une voleuse), un escroc

Miadzala : Vous remplissez

Adzala : Il (elle) remplit

Madzala : Je remplis

Wadzala : Tu remplis

Byadzala : Nous remplissons

Badzala : Ils (elles) remplissent

Abog : l’époque, l’heure

Abog ya bianyin di ! : A cette époque où nous vivons, Al’heure actuelle, C’est le moment

Anyin (se prononce « A Nying » comme il s’écrit) : Il (elle) vit

Manyin : Je vis

Wanyin : Tu vis

Byanyin : Nous vivons

Myanyin : Vous vivez

Banyin : Ils (elles) vivent

Ayem : Savoir (le verbe)

Mayem : Je sais

Wayem : Tu sais

Ayem : Il (elle) sait

Byayem : Nous savons

Myayem : Vous savez

Bayem : Ils (elles) savent

Alu (se prononce « Alou » ) : La nuit

Angaman : est fini, c’est fini(e)

Mamann : Je finis

Wamann : Tu finis

Amann : Il (elle) finit

Byamann : Nous finissons

Myamann : Vous finissez

Bamann : Ils (elles) finissent

Akode antoa ya bia babi:vCar le salut est plus près de nous maintenant

Awola ya hebe a oyo aso a ya : littéralement veut dire « L’heure de se réveiller est arrivée, l’heure est venue de sortir de votre sommeil

Bia Babi : Près de nous

Ndzogan mamme mvid aï biem bivoe ya ete : littéralement veut dire « 

Madzang : Frères, Soeurs

Miayem hm fo fe akyae abog ya bianyin di ! Awola ya hebe a oyo aso a ya. Akode antoa ya bia babi alodo abog binganyian a nyebe. Alu angaman ya, kidi endzo engalende ya nyi. Ndzogan mam me dibi, bibod bikpele bi mfyè. Nwulugan aï dzin ane mod ayean wulu aï amos. Ndzogan abwi nyuan aï ndian ; ndzogan mamme mvid aï biem bivoe ya ete, abe-nnem aï bitom. Mbodan fo Nti Yesu Kristu ane ewoman, te miaman dzé abog asu mam me nyol ya miayi na nge miadzala.

————————————–

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains : 13, 11-14a

Frères le savez : c’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans ripailles ni beuveries, sans orgies ni débauches, sans dispute ni jalousie, mais revêtez le Seigneur Jésus Christ.

6 novembre, 2011

Amu miayem ki amos Nti wan ayi so « Miayege Ewondo » Geschrieben der Sonntag, der sechs November zwei tausend elf.

 Nti (se prononce ENTI) : Seigneur, Maître

Awola : L’heure

Mayeme : Je savais

Ayeme : Il (elle) savait

Tobogan : Tenez-vous, Veillez

hm a ngomezan (se prononce Hem a ngomezan) : donc prêts

Amu (se prononce Amou) : Parce que, Car

Miayem: Vous savez

Ayem : Savoir, Connaître

Nge anke ki a oyoa ana, alanan atala : Alors il (elle) ne se serait pas endormi, il aurait veillé

Mayem : Je sais

Wayem : Tu sais

Ayem : Il (elle) sait

Biayem : Nous savons

Bayem : Ils (elles) savent

mwuwub (se prononce Mwouwoub) : Le voleur (la voleuse)

Miayem ki : Vous ne savez pas

Ki ===> Négation

Mod nda : Le maître (la maîtresse) de maison, Le propriétaire

Mfim : Le mur

Nti wan : Votre Seigneur, Votre Maître

Toan yem na : Vous le savez bien

Nge (se prononce NGUE) : Si

Ayeme awola : Avait su à quelle heure

Mwuwub wayi nye so bug nda : le voleur viendrait lui casser sa maison (son logement)

Amos : Le jour, La journée

Tege dzoge na bebug mfim ya nda, dzié. : Il (elle) n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.

Ayi : Il (elle) viendra)

Bod : les personnes, les gens

Mod : Une personne

Bebè  : Deux

Bod bebè : Deux hommes

Afub : aux champs

Metoa : Je suis

Bod bebè betoa a afub : Deux hommes seront aux champs

Mbog (se prononce Mbouack) : l’un

Benonoa : est pris

Benonoa mbog : l’un est pris

Bininga bebè : Deux femmes

Bekoa owondo : ils (elles) écrasent l’arachide

Enyoy mbog aligi : l’autre est laissé (abandonné)

Tobogan hm a ngomezan, amu miayem ki amos Nti wan ayi so. : Veillez car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.

Fam : les hommes

Bininga : les femmes

Bane Fam : les jeunes hommes

Mane Fam : Une jeune femme

Bane Bininga : les jeunes femmes

Mane Mininga : une jeune femme

Alugu  : se marier

Osusua  : Avant (Auparavant)

Endegele  : Il (elle) embête

Bod  : les gens

Fam elugu bininga  : on se mariait

Melu  : les nuits (l’époque)

Melu me Noe  : l’époque de Noë

Mven  : la pluie

He Ndian Bidi  : On mangeait

Bidi  : La nourriture

He nyuan meyog : On buvait

Nyuan  : Buvant

Meyog  : Alcool

Matthieu – chapitre 24 – versets 37 à 44

Toban a Ngomezan.

Aso le Moan mod layi bo ane a melu me Noe. Osusua mven endegele, bod bengabe he boa he ndian bidi, he nyuan meyog, fam elugu bininga, bengoan bekele a melug, akelekwi a amos Noe anga ke nyian a arka. Mod andzi ki buni to na dzam lazu. Akelekwi ane mven endegele ya suli, ndo enga man bese awobog ! Eye a fe asoa le Moan mod layi bo nala. Bod bebè betoa a afub, Benonoa mbog, enyo mbog aligi. Bininga bebè bekoa owondo, Benonoa mbog, enyoy mbog aligi.

Tobogan hm a ngomezan, amu miayem ki amos Nti wan ayi so. Toan yem na nge mod nda ayeme awola mwuwub wayi nye so bug nda, nge anke ki a oyoa ana, alanan atala, tege dzoge na bebug mfim ya nda, dzié.

 

Tobogan hm a ngomezan, amu a awola miabuni ki, awola te ndo Moan mod ayi so.

———————————————

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « L’avènement du Fils de l’homme ressemblera à ce qui s’est passé à l’époque de Noé. A cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche. Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l’avènement du Fils de l’homme. Deux hommes seront aux champs : l’un est pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin : l’une est prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra.

11 octobre, 2011

Mustapha Abdeljalil purifié de ses GRAVES FAUTES par les dirigeants occidentaux

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:52

Cet homme, ancien magistrat, ancien ministre démissionnaire du gouvernement libyen au mois de février 2011, est un cacique du régime libyen. Il est allé rejoindre les « révolutionnaires » ou « mercenaires » libyens manipulés par l’Occident de Sarkozy, Obama, Cameron et les autres. La chute de Kadhafi était tramée, préparée et orchestrée par Sarkozy depuis plusieurs mois. Ce dernier recherche le prix de la Paix ou la reconnaissance de ses pairs. Il veut se donner une image de grand dirigeant, ce qui est dur à acquérir.

Mustapha Abdeljalil, cet homme des basse besognes de Kadhafi est autant responsable que son chef précédent en fuite. Le voila devenu Calife à la place du calife, intronisé par les dirigeants occidentaux. Même Ban-Ki-Moon qui aurait eu un peu de jugeote , se révèle être un piètre analyste. Il ose prononcer à Paris lors de la conférence organisée par le Président français, que la nouvelle Libye libre va partir dans le chemin de la démocratie. Quelle ineptie le secrétaire général de l’ONU peut tenir. Il se montre toujours aussi terne que par le passé. Les problèmes de gestion de la famine en Afrique en 2008 où il s’est révélé insignifiant pour les résoudre, apparaissent de nouveau. Cet homme est incapable de résoudre les problèmes qui relèvent de ses attributions. Il est un « simple » exécutant, il s’exprime comme un mouton.

Mustapha Abdeljalil Président du CNT et maintenant de Libye grâce au Putsch militaire français et de l’OTAN. Il faut bien comprendre que la chute de Kadhafi n’est pas identique à celle de BEN ALI OU DU Raîs egyptien MOUBARAK. Comme le roi Idris Ier, qui fut fait prince de Cyrénaïque par Mussolini, ce dernier fuit le fascisme et se réfugia en Egypte au Caire en 1922. Il se rangea du côté des alliés lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata. Pourquoi les dirigeants occidentaux (Sarkozy en tête, suivis d’Obama, Cameron et Merkel, etc)  font « FI » du passé douteux et encombrant de cet homme, dictateur en puissance. Ils espèrent peut-être qu’il va favoriser leurs actions de pillage des richesses du pays libyen. Le roi Idris Ier l’avait fait pour les Britanniques et les Français dans la guerre du désert, au Fezzan et en Cyrénaïque. Ce roi de Libye élu par l’Assemblée constituante libyenne en 1950, mena une politique proaméricaine. La mainmise occidentale sur les richesses du pays suscita un fort mécontentement de la population. Il est clair maintenant que Sarkozy, Cameron et leurs amis de l’OTAN ont manœuvré pour « piller » les richesses de la Libye. Total a déjà commençé  «à voler » le Pétrole, comme elle (société pétrolière) l’a fait au Gabon. Il n’y aura que des miettes pour les habitants du pays. Kadhafi, malgré sa folie et le fait de « voler » pour ses propres intérêts, ne voulait pas laisser la main mise des français ou tous autres occidentaux exploiter les richesses libyennes.

Que va-t-il se passer maintenant ?

  Le Pantin est reconnu par les dirigeants européens, disons occidentaux et par Ban-Ki-Moon, l’inexistant  secrétaire général de l’ONU qui manque de personnalité. La Libye va être bradée. Va-t-on voir apparaître des bases occidentales sur le sol libyen ? Le putsch militaire orchestré par Paris alors que ABEDLJALIL présidait le CNT va aboutir à une grosse mascarade. Mustapha Abdeljalil, nouveau président, connaissant parfaitement les arcanes du pouvoir, va s’arroger de nombreux de pouvoirs. Il devra calmer et étouffer les nombreuses tribus libyennes, ce qui aboutira dans quelques années à une explosion pire qu’en Irak

Conseils et Gestes simples à réaliser après le rapport sexuel

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:39

Après avoir fait l’amour, on peut avoir envie de s’endormir tranquillement. Pourtant, il est bon, avant de se laisser aller au sommeil, de prendre quelques petites précautions qui contribueront au bien-être des deux amants et permettront d’éviter mycoses récidivantes et infections urinaires à répétition.

Toilette féminine contre les infections urinaires


Pour la femme, après l’amour, il faut absolument aller uriner. En effet, le rapport sexuel entraîne toujours une petite remontée de microbes dans l’urètre. Une fois présents, ces microbes ont tendance à remonter jusque dans la vessie, pouvant entraîner des infections urinaires récidivantes. Uriner provoque un effet de nettoyage, refoulant les microbes à l’extérieur. On l’appelle parfois l’effet « chasse d’eau » ! Ce geste anodin est donc extrêmement important. Certaines femmes n’ont absolument jamais d’infections urinaires. Ce sont généralement celles qui, après l’amour, affirment « j’ai une terrible envie d’uriner ». La nature est bien faite, car c’est ce que ressentent de nombreuses femmes. Cette envie les pousse à faire un geste très bénéfique. Celles qui ne ressentent pas ce besoin d’uriner sont candidates à des mycoses à répétition.

Toilette masculine contre les mycoses


Pour l’homme, pratiquer une toilette à l’eau, et cela au niveau du gland et du prépuce, est très important. Ce geste permet d’éviter la transmission répétée de candida d’un partenaire à l’autre. En effet, les candidoses sont très présentes naturellement en petite quantité dans le vagin. La flore, à cet endroit, l’empêche de se développer et d’entraîner des mycoses. Après le coït, ces candida sont présents sur le pénis, qui lui ne possède pas de flore identique à celle du vagin. Il ne peut donc pas se défendre ni empêcher le développement de ces germes. Sans toilette, les candida vont donc se multiplier bien au chaud dans l’espace entre le gland et le prépuce. Lors du rapport sexuel suivant, le sexe masculin va « inoculer » au vagin une quantité importante de candida, ce qui risque d’entraîner une mycose féminine.

Ces consignes doivent être transmises aux adolescents et jeunes


Notons encore une chose : ces petits gestes extrêmement simples sont méconnus, parce qu’ils ne font pas partie de l’éducation de base : nos parents ne nous les ont jamais expliqués ! C’est pourquoi, si vous avez des enfants adolescents, pensez à faire mieux pour eux. Glissez-leur un petit mot là-dessus un jour où le contexte s’y prête et vous leur rendrez peut-être un énorme service dans leur future vie amoureuse. En effet, les gynécologues suivent de nombreuses femmes souffrant de manière chronique de mycoses ou d’infections urinaires récidivantes et il aurait parfois suffi d’un peu d’information pour leur éviter ce calvaire !

Présidentielles en Côte d’Ivoire

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:33

Quelle drôle de situation que ce qui se passe encore pour une fois en Afrique Noire, spécifiquement en Afrique de l’Ouest. Pourquoi faut-il qu’il y ait tant d’agitation actuellement ? Il s’agit des présidentielles de la Côte d’Ivoire. Elles auraient du avoir lieu, il y a dix ans. Sauf qu’il y a eu entre temps des guerres nocives tribales, ou du moins entre clans politiques. Peut-on penser que la situation s’est calmée, il est difficile de savoir si c’est le cas, par contre ce qui est sûr, c’est que le président en place GBAGBO a décidé d’asseoir sa légitimité par des élections. Il ne s’en va pas. Il sait qu’il sera réélu, les deux adversaires en face, ne sont pas négligeables, néanmoins ils sont essoufflés et leur aura auprès du public s’est estompée. 

Le président ivoirien Laurent Gbagbo arrive en tête du premier tour de cette présidentielle avec près de 37 ou 38 % des voix, les suivants en seconde et troisième place sont Alassane Ouattara, ancien premier ministre et Henri Konan Bédié, ancien président de la République ivoirienne. Les résultats définitifs devraient être communiqués d’ici mercredi prochain 10 novembre 2010. 

Le second tour qui s’est dessiné lors de ce dépouillage de bulletins va se jouer entre le chef de l’Etat sortant et l’ex-Premier ministre. La colère est dans le camp de l’ancien président Henri Konan Bédié. Ce qui pourrait être triste, c’est que le camp des déçus s’énerve et agisse violemment à l’encontre des partisans de l’autorité en place. Pour le moment, nous n’avons pas d’exactions commises et c’est de bonne augure. Il est souhaitable que cela dure. Les résultats communiqués pour le moment sont contestés par tous les partis d’opposition qui exigent depuis ce week end, un recomptage des voix. Qu’espèrent-ils gagner en passant par ce procédé ? Nul ne le sait, à part générer le doute et éventuellement entraîner les personnes suspicieuses à agir de façon inconsidérée. 

L’ex-Premier ministre ivoirien Alassane Ouattara, second candidat promu pour le  second tour de la présidentielle, a quitté le pays afin de se rendre au Sénégal. Est-ce une bonne solution de se prêter au jeu de manipulation de la part d’un pays étranger ? Est-ce un bon choix tactique ? Alassane Ouattara, en se conduisant ainsi, comme un futur président à la solde de l’étranger, ne grille t’il pas ses chances d’être élu. En se rendant à Dakar, il a été perçu comme un pantin. Vu la physionomie des choses et le contexte en cours, il est difficile de croire que cet homme a encore une petite chance d’être élu lors de ces élections présidentielles-ci. Le président Laurent Gbagbo devrait garder sa place au second tour et entamer un autre mandat présidentielle. Henri Konan Bédié qui a repris le flambeau de la nationalité ivoirienne dès le début, doit se garder de cette technique de propagande qui ne peut que générer des haines entre citoyens du même pays. Tout le monde sait que en exacerbant les opinions, cela va également le desservir. Il va dresser les citoyens entre eux, et il peut vite contribuer à un autre conflit du genre hutus et tutsis. Ce qui serait bien triste.

Naturellement il ne faut pas être surpris de la suspicion existante quant au sujet du dépouillage. Vu que certains pays occidentaux ne s’en privent, l’élection de Bush face à Al Gore restera dans les mémoires, lorsque son frère Jeb Bush a trafiqué les résultats pour faire gagner ce dernier. Le doute émis par l’opposition au complet est justifié, mais faut-il croire que suite à la communication des résultats, il y aura un nouveau décompte. Non, ce qui présage néanmoins de sérieuses questions lors du second tour. Le dépôt de réclamations auprès de la Commission électorale indépendante (CEI) par les opposants y compris l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI) d’Albert Mabri Toikeusse restera lettre morte. Il est vrai que Le Conseil de sécurité des Nations Unies, comme de nombreux observateurs internationaux, ont noté des « irrégularités mineures » dans cette présidentielle historique, jugeant qu’elles n’avaient pas entaché sérieusement le vote. Que met-on derrière le terme « Irrégularités Mineures ». L’objet positif à retenir concerne la mise en place de ces élections présidentielles qui clôturent ces dix ans de crise, et espérons le fin de la partition du pays.

Mina yege Anlan Ewondo – Kalara Osu – Metari

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:08

Metari : Kalara Osu Mfufub Yohanes

Le commencement : Chapitre premier de Saint Jean

 

Mayege Anlan Ewondo – J’apprends la langue Ewondo

 

Kalara Osu – Le premier livre (le premier chapitre)

 

Metari – le commencement (le début)

 

Nlo – la tête

 Nlo 1 : Ebugu ya anga noan (non) Nyol Mod Esia Ban Moan Banyin Fufulu

E : (se prononce HE)c’était

Angabe :

E dzam angabe a metari, 

Ce qui était depuis le commencement,

 

 E dzam binga wog aï melö,

ce que nous avons entendu,

 

E dzam binga yen aï mis maan,

 ce que nous avons contemplé de nos yeux,

 E dzam binga fombo,  e dzam binga namba aï mo maam atiigan aï Ebugu enyin.

 Ce que nous avons vu et que nos mains ont touché,c’est le Verbe, la Parole de la vie.

 

Enyin  :   La Vie

 

Engakwi  :  est sorti (s’est manifesté)

 

Amu enyin engakwi a ngen ; Oui, la vie s’est manifestée

 

ndo binga yen dzô aï mïs :  nous l’avons contemplée (donc Nousl’avons vu avec nos yeux)

 

Amu enyin engakwi a ngen, ndo binga yen dzô aï mïs, ndo biaboolo dô, binga kad a fe mina foe ya Enyin kom y’engabe ebebege mfa y’abe Esïa,

 

Oui, la vie s’est manifestée,nous l’avons contemplée,et nous portons témoignage :nous vous annonçonscette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous.

1...34567...11
 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien