Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

4 mars, 2012

Ma yege Ewondo – Anga zu me lob (Dieser Text wird am Sonntag, dem vier März zweitausendzwölf geschrieben.)

Classé dans : Non classé — ewondo @ 18:31

Alob : Mordre, Déchirer
Minsanga : Les perles
Kos : le poisson, les poissons
Nyol : Le serpent
Mvu (se prononce MVOU) : le chien, la chienne
Ngoe (se prononce NGOé) : Le cochon, les pourceaux
Mfuban (se prononce MFOUBAN) : pure, propre, sainte

A yaaben : Ouvrir
Mayaa : J’ouvre
Wayaa : Tu ouvres
A yaa : Il ouvre

Mbè (se prononce EMBAI) : la porte
A kud : Frapper, cogner

Makud : Je frappe
Wakud:Tu frappes
Akud : Elle frappe
Biakud, nous frappons
Miakud : Vous frappez
Babud : Ils frappent

Kudan mbè : Frappez à la porte
Ozu Minaa Yaaben : On viendra vous ouvrir

Mazu bee : J’obtiens, On me donnera
Wazu bee : Tu obtiens, tu as obtenu
Azu bee, Il obtient, on lui donnera
Biazu bee : Nous obtenons, on nous donnera
Miazu bee : Vous obtenez, On vous donnera
Bazu bee : Ils obtiendront, Il leur serra donné

Mazu yen : Je trouve, Je verrai
Wazu yen : Tu trouveras
Azu yen : Il(elle) trouvera
Enyo : Celui, quiconque

Dzenan : Cherchez
Madzen : Je cherche
Wadzen : Tu cherches
Adzen : Elle cherche
Biadzen : Nous cherchons
Miadzen : Vous cherchez
Badzen : Ils cherchent

Dzaegan, mizu bele, dzenan, mizu yen, kudan mbè, Ozu mina yaaban. Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.

Anga zu Me lob : Il (elle) est venu(e) me mordre
Anga zu Wo lob : Elle est venue te déchirer
Enga zu mina lob : Ils pourraient venir vous déchirer
A koodo : Piétiner, Fouler aux pieds

Dzaegan : Demandez
Amu (se prononce AMOU) : Parce que
Adzae : Il demande
Amu enyo adzae, akar bi, enyo adzen, akar yen, enyo akud mbè, bakar nye wo yaè.
Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Madzae : Je demande
Wadzae : Tu demandes
Adzae : elle (il) demande
Biadzae : Nous demandons
Miadzae : Vous demandez
Badzae : Ils demandent

Mawoa (se prononce MaWOUA) : Je jette
Wawoa : Tu jettes
Awoa : Il(elle) jette
Biawoa : Nous jetons
Miawoa : Vous jetez
Bawoa : Elles (ils) jettent
Za y’abe mina angabo ya na moan adzae nyembanela, angake noan ngok, ave nye ?
Te ==> Négation
Te Mave : Que je ne donne pas

Mave : Je donne
Wave : Tu donnes
Aave : Elle (il) donne
Biave : Nous donnons
Miave : Vous donnez
Bave : Elles (ils) donnent

Te miave mvu e dzom ene mfuban ; te miawoa ngoe minsanga, eza man mia koodo, evenan enga zu mina lob.

Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent.

Dzaegan, mizu bele, dzenan, mizu yen, kudan mbè, Ozu mina yaaban. Amu enyo adzae, akar bi, enyo adzen, akar yen, enyo akud mbè, bakar nye wo yaè.

Za y’abe mina angabo ya na moan adzae nyembanela, angake noan ngok, ave nye ?

Nge ki na adzaè nye kos, nyol ndzo ake noan ave nye ? Ndo hm mina ya miabeb minnem ba, mingaman ve boan ban mimbembe mi byem, ngaman aï Esia wan ya yob, eye ane dzam bo tege ve eba badzaè nye mimbembe mi byem ya ?

Antoa na : e dzom watam na e bod behog bebo wa, endzo fe wa obo bo : mvende nyili ! Beprofet a fe bala !

Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s’il lui demande du pain?

Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes.

26 février, 2012

Mayem Ewondo – Zamba anga kom yob aï Si

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:36

Te miasanan : Ne vous inquiétez pas

Obo : Fais

Mabo : Je fais

Wabo : tu fais

Abo : Elle (il) fait

Biabo : Nous faisons

Miabo : Vous faites

Babo : Elles font

 

Moni : L’argent

Zamba : Dieu

Mod : Une personne, Nul (pronom indéfini)

Mbog : L’un, L’autre, L’une

A Sin :  Il (elle) hait

 

Menga tum : J’ai jeté

Wonga tum : Tu as jeté

Anga tum : Elle a jeté

Binga tum : Nous avons jeté

Minga tum : Vous avez jeté

Benga tum : Elles ont jeté

 

Asu te : C’est pourquoi, c’est pour cette raison

Fufulu (se prononce FOUFOULOU) : Tous, toutes

Asu te makad mina na : C’est pourquoi je vous le dis

 

Madin : J’aime

Wadin : Tu aimes

Adin : Il (elle) aime

 

Mvaman : S’attachera, s’attacher

Mabyandi : Je méprise

Wabyandi : Tu méprises

Abyandi : Il (elle) méprise, méprisera

Biabyandi : Nous méprisons

Miabyandi : Vous méprisez

Babyandi : Ils (elles) méprisent

 

Abyandi enyo mbog : Il méprisera l’autre

Esia wan ya yob : Notre Père céleste, Notre Père qui est aux cieux

 

Masanan : Je m’inquiète

Wasanan : Tu t’inquiètes

Asanan : Il (elle) s’inquiète

Biasanan : Nous nous inquiétons

Miasanan : Vous vous inquiétez

Basanan : Ils (elles) s’inquiètent

 

Afub : Un champ

Mefub : Les champs, les champs à moissonner

Mefub tege sié : Les champs non travaillés, Ils (elles) ne sèment
pas

To asu nyol dzan na : Ni pour votre corps

Sie (se prononce Sié) : Servir, Travailler

Beti : Maîtres

Bebè (se prononce BeBAI) : Deux

Mbod (se prononce EMBOAT) : Vêtements, les vêtements

Anon (se prononce ANOAN) : Oiseaux, les oiseaux

Koe : Moissonner

Bidi tege koe : La nourriture non ramassée, ils ne moissonnent pas

Nga nyol ene aï mfi abwi alodo mbod ? : Le corps n’est-il pas
plus que le vêtement ?

Bebe anon : Regarde les oiseaux

Bidi : La nourriture

Emen : Lui-même, Elle même

Ma bebe : je regarde

Wa bebe : tu regardes

Abebe : Elle regarde

Biabebe :  Nous regardons

Miabebe : Vous regardez

Babebe : Elles (ils) regardent

A Ndoan : Au feu

Benga tum a ndoan : Ils ont jeté au feu

Ana : Aujourd’hui

Okidi : Demain

Afan : La forêt

Mefan : Les forêts

Ma sié : Je sers, je travaille

Wa sié : Tu sers, tu travailles

A sié : Il (elle) travaille

Bya sié : Nous servons

Mia sié : Vous servez

Ba sié : Ils (elles) servent, travaillent

Nga enyin ene aï mfi abwi alodo bidi ? : La vie n’est-elle pas
plus que la nourriture ?

Mod asesie beti bebè : nge andze sin mbog, adini enyo mbog, nge
andze mvaman ai mbog, abyandi enyo mbog. Miase Ki dzam sie Zamba ai
Akuma si fufulu.

 

Nul  ne peut servir deux maîtres : Car, ou il haïra l’un, et
aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre.
Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.

 

Asu te makad mina na : te miasanan asu enyin dzan na : ndo a
bindi dze ! To asu nyol dzan na : ndo a bimbod dze ?
Nga enyin ene aï mfi abwi alodo bidi, Nga nyol ene aï mfi abwi
alodo mbod ?

 

C’est  pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce
que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus.
La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, Et le corps plus que
le vêtement ?

Taman kiege bebe anon ya yob na : mefub tege sie, bidi tege koe, make
tsog akag mvon a mengunda ; akekwi ndo Esia wan ya yob aton do.

Regardez  les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils
n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les
nourrit.

Nga mine aï mfi abwi alodo anon ?  Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ?

Za ki fo y’abe mina ane dzam wonolo enyin dzié he ntie dzongolo wo
mbombog, asu ye na adan sanan abwi ?  Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée
de sa vie?

 

Mfa mbod, dze fo miadan sanan etere ?  Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement?

Taman big bisaman ya mefub ane bia buguban : a bine ha nguma ndzug zin
tege non, biyie tege tin.  Considérez comment
croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent.

Ndo makad mina na, to Salomon emen a duma die ete, andzi ki bod akwi ane
dzia y’ete.

Cependant  je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été
vêtu comme l’un d’eux. 

 Zamba angaman hem bodo zeze bilog ya mefan nala : a bine na : ana
bitoa, okidi benga tum a ndoan, ngaman hem aï mina, amvaman aï mina
fok fe, a bod nyebe one abod ba ! Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain
sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison,
gens de peu de foi !

Te a fe miakar sanan na : bindi dze ? Binyu dze ? Bimbod
dze ?

Ne  vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que
boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus?

 

E mam mese mala, behaiden basiman ai mo. : Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent.

25 février, 2012

Mayege Ewondo – Te Biatad dzoe Zamba a zeze dzam

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:12

Makad mina : Je vous le dis

Mfa woe (se prononce EMFA WOE) : De ton côté, De ton point de vue

Mane : Je suis

Wane : Tu es

Ane : Il (elle) est

Nkuk (se prononce NKOUK) : Le corps

Alamba : la lampe

Mvoe (se prononce EMVOUA) : Bonne santé

Nkuk nyol woe ose : Tout ton corps

Mayi fié : Je serai éclairé

MaSob : Je lave

Wa Sob : Tu laves

Asob : Il (elle) lave

BiaSob : Nous lavons

MiaSob:Vous lavez

BaSob : Ils (elles) lavent

Ma Sob Asu : Je lave mon visage

Nge (se prononce NGUE) : Si

 

Nge dis doe ane mvoe, nkuk nyol woe ose wayi fié asaan : Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé;

Alobinda : Le parfum

A dis : L’oeil

Nlo : La tête

Okuban Alobinda A Nlo :Parfumes-toi la tête

Manene sob asu doe mben, okuban alobinda a nlo : Lave bien ton visage et parfume-toi la tête

Bod be mvol : Les hypocrites

A bebela emen : En vérité

Dis (se prononce comme le mot DIX) : l’oeil

Mis (se prononce comme  le mot MISS) : les yeux

 

Te miakoan akuma a si mu : N’accumulez pas les richesses sur cette terre

Eki Bidi : Jeûner

Asu (se prononce ASSOU) : la figure

Eyon Wabo eki bidi : Quand tu jeûnes, Lorsque tu jeûnes

Matindi asu : Je suis triste, J’attache ma figure, j’ai le visage défait

Watindi asu : Tu es triste

Atindi asu : Il (elle) est triste

Maki Bidi : Je jeûne

Waki Bidi : Tu jeûnes

Aki Bidi : Il (elle) jeûne

Biaki Bidi : Nous jeûnons

Miaki Bidi : Vous jeûnez

Baki Bidi :  Ils (elles) jeûnent

Eyon miabo Eki Bidi, Te miatindi otad a asu ane bod be mvol bakar bo :
batindi asu akulut mbol ye na bod betoan yen na baki bidi. A bebela
emen, makad mina, benon ya fo maan maban.

Mfa woe, eyon wabo eki bidi, manene sob asu doe mben, okuban alobinda a
nlo mbol ye na Esoa y’asolo hala, enye ayen eki bidi dzoe, se ki bod.
Esoa nye to a asoe, ayi wa dugan.

Te miakoan akuma a si mu : bibibiam ai miengele biakar man di,
minwuwub mibugu menda, mimanene dzib. A yob ngo koan akuma daan :
Awe, to bibibiam to miengele biadi kik ; to minwuwub ya miabug
menda, midzibi, miase kik. Amu e hom etok akuma dzoe ene, eye fe nnem
wo one wa etere.

Dis endo ane alamba ya nyol. Nge dis doe ane mvoe, nkuk nyol woe ose wayi
fié asaan. Da hem, nge dis lakoan wa, nkuk nyol woe ose wayi ku a
dibi etere azigili. Nge mfié one abe wa ovenan dibi, dibi te abian a
fo azigili.

Lorsque  vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui
se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils
jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur
récompense.

Mais  quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne
pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là
dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le
rendra.
Ne vous  amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille
détruisent, et où les voleurs percent et dérobent;

mais  amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille
ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.
 
Car là  où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

L’oeil  est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps
sera éclairé; mais si ton oeil est en mauvais état, tout ton
corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi
est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres!

24 février, 2012

Ma kobo Ewondo « Odzu bia bikola Bian »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:21

Ngogelan :
la prière

Wan :
Notre

Miakogelan :
Vous priez

 

Abwi (se
prononce ABOUI) : Beaucoup

Mikalaga :
Faites attention, Gardez vous

 

Mina
kam : Vous acclamez, Pour être en vue

 

Maka
(se prononce Ma Kae) : J’aide, je
viens en aide, j’apporte mon aide, je fais l’aumône

 

Mbubua
(se prononce MBOU BOUA) : le pauvre, l’indigent, le malheureux

 

Maka :
J’aide

Waka :
Tu aides

Aka :
Il aide

Biaka :
Nous aidons

Miaka :
Vous aidez

Baka :
Ils (elles) aident

 

Te
miavu bo : Ne les ressemblez pas

Amu :
parce que

Esia
wan : Notre père

 

Nge
Waka Mbubua : Si tu fais l’aumône, si tu aides un pauvre

Ose
(se prononce OSSE) : Tous

 

Bod
be Mvol : Les hypocrites

Mfan
(se prononce AMFAN) : Une vraie

 

Eyon :
Quand, Lorsque

 

Mfan
Ngogelan : Une vraie prière

A
Tara wan : Notre Père

 

Eyon
miakogelan, te miabo ane bod be mvol : ya badin kogelan, beke
tebe a menda me dokten ai a maan me zen, mbol ye na bod beyen bo. A
bebela emen ma kad mina : benon ya maan maban.

 

Lorsque
vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier
debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des
hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.

Mfa
woe, eyon wakogelan, nyiigi a etun nda dzoe etere, ofed mbé,
okogelan aï Esoa y’asolo hala ; Esoa nye ayen to a asoe, ayi wa
dugan

 

Mais
quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton
Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans
le secret, te le rendra.

Eyon
miakogelan, te miadan bulu mengogelan abwi abwi, ane behaiden bakar
bo : bo batsog na nku wadan woge a mfian he eyon bedabeda abwi.

Te
miavu bo, amu Esia wan ayegan ki meyanan maan ; ayem mo
mingengele tege nye mo kad. Mfa wan, mikarge kogelan na :

 

En
priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui
s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne
leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin,
avant que vous le lui demandiez.
Voici
donc comment vous devez prier:

A
Tara wan y’one a Yob

Dzoe
doe aluguban,

Ayon
doe azaag,

Nyian
woe oyenan asi ane mbol fe ya yob.

Vaa
bia bidi bian y’amos ose.

Odzu
bia bikola bian

Ane
bia beben bia biadzu eba bebele bia bikola.

Te
Wadzoge bia a Mebobela,

Okodege
bia a mo me Mbé. Amen !

 

Notre
Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié;
que
ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au
ciel.
Donne-nous
aujourd’hui notre pain quotidien;
Pardonne-nous
nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont
offensés; 
ne
nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est
à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la
puissance et la gloire. Amen!

Amu,
nge miadzu bod bivus biaban, Esia wan ya Yob

nye
ayi fe mina dzu dzam deda ;

nge
mia miadzu ki e bod  behog, Esia wan ya Yob nye ayi ki mina dzu.

 

Si
vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste
vous
pardonnera aussi;
mais
si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera
pas non plus vos offenses.

22 février, 2012

Ma Kad mina : benon ya maan maban « Ma kobo Ewondo »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 20:39

Mesoe :
Le secret

Ayi
wa dugan : Il te le vaudra ( il te le rendra)

Esoa
(se prononce ESSOA) : Ton père

Mikalaga :
Faites attention

Eyon :
Quand

Miakogelan :
Vous priez

 

Mayen :
Je vois

Wayen :
tu vois

Ayen :
Il (elle) voit

Biayen :
Nous voyons

Miayen :
Vous voyez

Bayen :
Ils (elles) voient

 

Kogelan : La prière, Prier

 

Madin Kogelan : J’aime prier

 

Makogelan : Je prie

Wakogelan : Tu pries

Akogelan : Il (elle) prie

Biakogelan : Nous prions

Miakogelan : Vous priez

Bakogelan : Ils (elles) prient

Na : Que

Na bod beyen boe : Que les hommes les regardent ou Pour se montrer
aux hommes

A Bebela emen : Amen, je vous le déclare

KUDU-DOE  YA MESOE

Mikalaga ne miza bö mam me soso maan a mis me bod

ne bedan mina kam, miza sub maan abe Esia wan y’ane a yob.

Antoa hm na, nge waka mbubua aï kud-doe, te wake walon ton,

ane bod be mvol bakar bo a menda me dokten aï a mindzon mindzon,

ne bod bedan bo wumu : a bebela emen, makad mina beman ya noan

maan maban. Mfa woe, eyon waka mbubua aï kud-doe, te mbongal woe

ayem e dzom mbo-nnom abo, mbol ye na kud-doe woe atobo a mesoe,

eyon te hm Esoa ya ayen to a asoe, ayi wa dugan.

 

Eyon miakogelan, te miabo ane bod be mvol : ya badin kogelan, beke

tebe a menda me dokten aï a maan me zen, mbol ye na bod beyen bo.

A bebela emen ma kad mina : benon ya maan maban. Mfa woe, eyon

wakogelan nyiigi a etun nda dzoe etere, ofeb mbé, okogelan aï Esoa

y asolo hala : Esoa nye ayen to a asoe, ayi wa dugan.

 

Saint
Matthieu 6, 1-6 ; 16-18


Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d’agir devant les hommes pour vous faire remarquer.
Autrement, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre
Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais
pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en
spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la
gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont
touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta
main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône
reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret :
il te le revaudra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle
: quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans
les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes.
Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la
porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père
voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. Et quand vous
jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en
spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux
hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont
touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la
tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des
hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ;
ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra. »

12 février, 2012

Ma yem An Lan Ewondo « Bya kobo Ewondo »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 12:26

Awulu a Mfyè ete : Il marche dans la lumière

Miayem : Vous savez

Mwuwub (se prononce Mwouwoub) : un voleur (une voleuse), un
escroc

Miadzala :   Vous remplissez

 

Adzala :  Il (elle) remplit

Madzala : Je remplis

Wadzala : Tu remplis

Byadzala : Nous remplissons

Badzala : Ils (elles) remplissent

 

Abog : l’époque, l’heure

Abog ya bianyin di ! : A cette époque où nous vivons,
Al’heure actuelle, C’est le moment

 

Anyin (se prononce « A Nying » comme il s’écrit) :
Il (elle) vit

 

Manyin : Je vis

Wanyin :  Tu vis

Byanyin :  Nous vivons

Myanyin :  Vous vivez

Banyin :  Ils (elles) vivent

 

Ayem : Savoir (le verbe)

Mayem : Je sais

Wayem : Tu sais

Ayem : Il (elle) sait

Byayem : Nous savons

Myayem : Vous savez

Bayem : Ils (elles) savent

 

Alu (se prononce « Alou » ) :  La nuit

 

Angaman : est fini, c’est fini(e)

 

Mamann :  Je finis

Wamann : Tu finis

Amann :  Il (elle) finit

Byamann :  Nous finissons

Myamann :  Vous finissez

Bamann :  Ils (elles) finissent

 

Akode antoa ya bia babi:vCar le salut est plus près de nous
maintenant

Awola ya hebe a oyo aso a ya : littéralement veut dire
« L’heure de se réveiller est arrivée, l’heure est venue
de sortir de votre sommeil

 

Bia Babi : Près de nous

Ndzogan mamme mvid aï biem bivoe ya ete : littéralement
veut dire «

 

Madzang : Frères, Soeurs

Miayem hm fo fe akyae abog ya bianyin di ! Awola ya hebe a
oyo aso a ya. Akode antoa ya bia babi alodo abog binganyian a nyebe.
Alu angaman ya, kidi endzo engalende ya nyi. Ndzogan mam me dibi,
bibod bikpele bi mfyè. Nwulugan aï dzin ane mod ayean wulu aï
amos. Ndzogan abwi nyuan aï ndian ; ndzogan mamme mvid aï
biem bivoe ya ete, abe-nnem aï bitom. Mbodan fo Nti Yesu Kristu ane
ewoman, te miaman dzé abog asu mam me nyol ya miayi na nge
miadzala.

————————————–

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains : 13,
11-14a

Frères le savez : c’est le moment, l’heure est venue de
sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous
maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. La
nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les
activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la
lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein
jour, sans ripailles ni beuveries, sans orgies ni débauches, sans
dispute ni jalousie, mais revêtez le Seigneur Jésus Christ.

Metari : Kalara Osu Mfufub
Yohanes

 

Nlo 1 : Ebugu ya anga noan (non)
Nyol Mod Esia Ban Moan Banyin Fufulu

 

E dzam angabe a metari, e dzam binga
wog aï melö, e dzam binga yen aï mis maan, e dzam binga fombo, e
dzam binga namba aï mo maam atiigan aï Ebugu enyin, amu enyin
engakwi a ngen ; ndo binga yen dzô aï mïs, ndo biaboolo dô,
binga kad a fe mina foe ya Enyin kom y’engabe ebebege mfa y’abe
Esïa, ndo enga yene bia a ngen, e dzam binga yen, e dzam binga wog,
ndo bia kad mina foe y’ete, mbol ye na mia minyin fufulu aï bia.
Bianyin fufulu, aï Esia mbamena aï Moan woe Yesu Kristu. Ndo hem e
mam mese ma, biatil mina mô mbol ye na mintag mian mitobo ntut
ntut.

 

Awulu a Mfié

 

E foe binga wog abe nye, endzo hm nyi
bia kad mina na : Zamba ane Mfié, dibi zin ase ki abe nye. Nge
biakad na bianyin fufulu aï nye, da, biwulugu a dibi, bia kad
minnal, bebela ase ki abe bia. Da hm, nge biawulu a mfié ane mbol
nyemen ane a mfié etere, biyem na bianyin fufulu aï e bod behog,
aï na meki me Yesu Kristu mafubu bia a nsem ose.

 

E Dzam osu : Akean aï Nsem

 

Nge biadzo na : Biabe ya ki sem,
biadug bi beben, bebela ase ki abe bia. Nge biamem minsem mian, nye
y’ane eki tege bug metin atoa fe soso ayi bia dzu minsem mian, aman
fe bia bubu a eboe ese. Nge biadzo na : Biabe ya ki sem, oyem
na, bianon nye ane nkad minnal, bibug bie tege fé aï bya abe bia.

 

Ce qui était depuis le
commencement,ce que nous avons entendu,ce que nous avons contemplé
de nos yeux,ce que nous avons vu et que nos mains ont touché,c’est
le Verbe, la Parole de la vie. Oui, la vie s’est manifestée,nous
l’avons contemplée,et nous portons témoignage :nous vous annonçons
cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est
manifestée à nous. Ce que nous avons contemplé,ce que nous avons
entendu,nous vous l’annonçons à vous aussi,pour que, vous aussi,
vous soyez en communion avec nous. Et nous, nous sommes en communion
avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et c’est nous qui
écrivons cela, afin que nous ayons la plénitude de la joie. Voici
le message que Jésus Christ nous a fait entendre et que nous vous
annonçons : Dieu est lumière,il n’y a pas de ténèbres en lui. Si
nous disons que nous sommes en communion avec lui,alors que nous
marchons dans les ténèbres,nous sommes des menteurs,nous
n’agissons pas selon la vérité ; mais, si nous marchons dans la
lumière,comme il est lui-même dans la lumière,nous sommes en
communion les uns avec les autres,et le sang de Jésus son Fils nous
purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de
péché,nous nous égarons nous-mêmes et la vérité n’est pas en
nous. Si nous reconnaissons nos péchés,lui qui est fidèle et
juste nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout ce qui
nous oppose à lui. Si nous disons que nous ne sommes pas
pécheurs,nous faisons de lui un menteur et sa parole n’est pas en
nous.

Metari : Kalara Osu Mfufub Yohanes

Le commencement : Chapitre premier de Saint Jean

 

Mayege Anlan Ewondo – J’apprends la langue Ewondo

 

Kalara Osu – Le premier livre (le premier chapitre)

 

Metari – le commencement (le début)

 

Nlo – la tête

 

Nlo 1 : Ebugu ya anga noan (non) Nyol Mod Esia Ban Moan
Banyin Fufulu

 

E : (se prononce HE)c’était

Angabe :

 

E dzam angabe a metari,

Ce qui était depuis le commencement,

 

E dzam binga wog aï melö,

ce que nous avons entendu,

 

E dzam binga yen aï mis maan,

ce que nous avons contemplé de nos yeux,

 

E dzam binga fombo,  e dzam binga namba aï mo
maam atiigan aï Ebugu enyin.

Ce que nous avons vu et que nos mains ont touché,c’est le Verbe,
la Parole de la vie.

 

Enyin  :   La Vie

 

Engakwi  :  est sorti (s’est manifesté)

Amu enyin engakwi a ngen ; Oui, la vie s’est manifestée

 

ndo binga yen dzô aï mïs :  nous l’avons contemplée
(donc Nousl’avons vu avec nos yeux)

 

Amu enyin engakwi a ngen, ndo binga yen dzô aï mïs, ndo
biaboolo dô, binga kad a fe mina foe ya Enyin kom y’engabe ebebege
mfa y’abe Esïa,

Oui, la vie s’est manifestée,nous l’avons contemplée,et nous
portons témoignage :nous vous annonçonscette vie éternelle qui
était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous.

 

Ndo :     Ce que

Enga yen é bia a ngen :
nous avons contemplé

Binga wog :       Nous avons
entendu

 

Menga wog (se prononce Menga woq) :
J’ai entendu

Wonga wog :        Tu as entendu

Anga wog :      Il (elle) a
entendu

Minga wog :     Vous avez entendu

Benga wog :         Ils (elles)
ont entendu

 

Mina :      Vous

 

Bia kad :        Nous vous
l’annonçons, nous vous disons

 

Mbol ye na :       Pour que

Fufulu  (se prononce FOUFOULOU) :
Ensemble, en communion

 

Mia :      Vous

 

Minyin :   (Comme cela se
prononce) :       Vous viviez

 

Manyin :       Je vis

Wanyin :       Tu vis

Anyin :          Il (elle) vit

Bianyin :          Nous vivions

Mianyin :       Vous viviez

Banyin :         Ils (elles)
vivent

 

Mintag :         La joie

 

Ma kad (se prononce Maa KAT) :
Je dis, je vous dis, je vous l’annonce

Wa kad :   Tu dis, tu le dis, tu
l’annonce

A kad :      Il (elle) dit, il le
dit

Mia kad :      Vous dites, vous le
dites

Ba kad :     ils (elles) disent,
ils le disent

 

Esia  (se prononce ESSIA) :
Le père

 

E dzam :          Ces choses, Ces
affaires

 

ndo enga yene bia a ngen, e dzam binga
yen, e dzam binga wog, ndo bia kad mina foe y’ete, mbol ye na mia
minyin fufulu aï bia. Bianyin fufulu, aï Esia mbamena aï Moan woe
Yesu Kristu. Ndo hem e mam mese ma, biatil mina mô mbol ye na mintag
mian mitobo ntut ntut.

 

Ce que nous avons contemplé,ce que
nous avons entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que,
vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Et nous, nous sommes
en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et c’est
nous qui écrivons cela, afin que nous ayons la plénitude de la
joie.

 

—————————————————————————————————

 

 

Voici le message que Jésus Christ nous
a fait entendre et que nous vous annonçons : Dieu est lumière,il
n’y a pas de ténèbres en lui. Si nous disons que nous sommes en
communion avec lui,alors que nous marchons dans les ténèbres,nous
sommes des menteurs,nous n’agissons pas selon la vérité ; mais, si
nous marchons dans la lumière,comme il est lui-même dans la
lumière,nous sommes en communion les uns avec les autres,et le sang
de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Si nous disons que
nous n’avons pas de péché,nous nous égarons nous-mêmes et la
vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés,lui
qui est fidèle et juste nous pardonnera nos péchés et nous
purifiera de tout ce qui nous oppose à lui. Si nous disons que nous
ne sommes pas pécheurs,nous faisons de lui un menteur et sa parole
n’est pas en nous.

 

 

Ma Kobo lan Ewondo

 

Owe : Oui

Mfufub : Le Saint (la Sainte)

 

Endegelë  : Les souffrances

Abog : A l’époque

 

Me në (ou Menë) : Je suis

Wo në (ou Wonë) : Tu es

A në (ou Anë): Il (elle) est

Bi në (ou Binë) : Nous sommes

Mi në (ou Minë) : Vous êtes

Be në (ou Benë) : Ils (elles)
sont

 

Fëg : Intelligence
(l’intelligence)

 

Abelë endegelë a abog : A connu
les souffrances ou encore  A souffert

 

Mfufub Nsisim : Saint-Esprit, Le
Saint-Esprit

 

Ebug (se prononce EBOUG) : La
parole

Ngul (se prononce NGOUL) : La
force

 

Mayebë : Je crois

Wayebë : Tu crois

Ayebë : Il (elle) croît

Biayebë : Nous croyons

Miayebë : Vous croyez

Bayebë : Ils (elles) croient

 

Ngol : Miséricordieux

Anë ngol : Il est miséricordieux

 

Mod : Une personne

Ose (se prononce OSSE) : Toute
(toutes les)

 

Mod ose ayege : Toutes les
personnes apprennent

 

Ayem : Il (elle) sait

Bayem : Ils (elles) savent

 

Abiali abë Maria : Est né de
Marie

 

Nkom : Créateur

Yob : Le ciel

Si : La terre

 

Mayem : Je sais

Wayem : Tu sais

Biayem : Nous savons

Miayem : Vous savez

 

Abum (se prononce ABOUM) : le
ventre

Abomban a klos : A été crucifié

Awu : est mort

 

Adzeban :  a été enseveli

 

Nyebë Apostel : Je crois en Dieu

 

Mayebë Zamba Esia ngul mesë : Je
crois en Dieu, le Père tout-puissant

 

Nkom yob aï si : Créateur du
ciel et de la terre

 

Mayebë Yesus Kristus Mban Moan woe Nti
Wan : Et en Jésus-Christ, son fils unique

 

Ya anganoneban a abum aï ngul Mfufub
Nsisim : Qui a été conçu du Saint-Esprit

 

Abiali abë Maria Ntud Ngon Mininga :
Est né de la Vierge Marie

 

Abelë endegelë a abog Ponsi Pilati :
A souffert sous Ponce Pilate

 

Abomban a klos, awu adzeban : A
été crucifié, est mort et a été enseveli

 

Akele a bekon : Est descendu aux
enfers

 

Amos lala adugan kui a soan, ndo anga
kë a yob : Le troisième jour est ressuscité des morts, Est
monté aux cieux

 

Antoa a mbo-nnom Zamba Esia ya anë
ngul mesë : Est assis à la droite de Dieu le Père tout
puissant

 

Anga so wa haso bö nkad benyin aï
bewu :  D’où il viendra juger les vivants et les morts

 

Mayebe Mfufub Nsisim : Je crois en
l’Esprit Saint

 

Aï Mfufub katolika Nda Zamba : A
la sainte Eglise catholique

 

Aï mgba Minfufub : A la communion
des saints

 

Aï eba minsem ; aï akui le soan
nyo :  A la rémission des péchés, A la résurrection de la
chair

 

Aï enyin Koam. A la vie éternelle.

 

Amen

 

Vug (se prononce VOUG) : Une
épingle à nourrice

 

Esia (se prononce ESSIA) : Père

 

Ngul mesë : Tout puissant

 

Mayebë Yesus Kristus : Je crois
en Jésus-Christ

 

Mon (se prononce Moan): Fils

 

Ya anganoneban a abum : Qui a été
concu (sens d’une grossesse)

 

Nti wan : Notre Seigneur

Benyin : Les vivants

Bewu : Les morts

 

Mayebë Yesus Kristus :  Je crois
en Jésus-Christ, Et en Jésus-Christ « pour la continuité »

 

Mban Moan woe Nti Wan : son fils
unique

 

Haso bö nkad benyin :  D’où il
viendra juger les vivants et les morts

 

 

Ma yege Ewondo : Zamba anga dïn bia

 

Eyön : Quand

 

Madzo na : Je dis que

Wadzo na : Tu dis que

Adzo na :  Il (elle) dit que

Biadzo na : Nous disons que

Miadzo na : Vous dites que

Badzo na : Ils (elles) disent

 

Eyön biadzo na :   Quand nous disons
que

 

Bebege : Regarde / Regardez

 

E byem : ces choses

Bisë  (se prononce Bi sse) :

 

Bebege e byem bisë bi : Regardez
toutes ces choses là

 

Ma kad wa na : Je te dis que

Wa kad ma na : Tu me dis que

A Kad me na : Il (elle) me dit que

Bya kad wa na : Nous vous disons
que

Mina kad me na : Vous nous dites
que

Ba kad wa na : Ils (elles) nous
disent que

 

Ebè (se prononce AIBAI) : le
trou, le fossé

 

Ma bombo : Je m’endors (je me
couche)

Wa bombo : Tu dors

A bombo : Il (elle) s’endort

 

Bia bombo :  Nous dormons, nous
nous endormons

Mina bombo : Vous dormez, vous
vous endormez

Ba bombo : Ils (elles) dorment,
ils (elles) s’endorment

 

Ofumbi beti : Le citron

 

Okene : la bague

 

Ma bege Okene : Je porte la bague

Wa bege Okene : Tu portes une
bague

A bege Okene : Il (elle) porte une
bague

 

Abuma (se prononce ABOUMA) : Un
fruit

Bibuma : Des fruits

 

Bombo : Le moustique

 

Moni : l’argent

 

Ma bele moni : J’ai l’argent, j’ai
de l’argent

Wa bele moni : Tu as de l’argent

A bele moni : Il (elle) a de
l’argent

 

Ma beki bi moni : Je n’ai pas
encore l’argent, je n’ai pas encore de l’argent

Wa beki bi moni : Tu n’as pas
encore l’argent, tu n’as pas encore de l’argent

A beki bi moni : Il n’a pas encore
l’argent, il (elle) n’a pas encore de l’argent

 

Ma kobo Ewondo « Mesob ya
Egipten »

 

Mesob : la sortie

Mesob Ya Egipten : La sortie de
l’Egypte

Mvog Ya Nazareth

Engles : Les anges

 

Ma yene Mod a nlo :  Je vois
quelqu’un en rêve

 

Ma noan : je prends

Wa noan : tu prends

A noan : il prend

 

Amvus : Après

Awu (se prononce Awou) : la mort

Awu : il (elle) est mort

 

Amvus awu Herodes, ndo engles Nti anga
yene Yosef a nlo, a Egipten, nye aï nye na : Kodogo asi, onoan
moan ban nyia, oyem zen a nnam Israel ; amu e bod bembe yi mongo
aï awu, bo beben beman ya wu.

 

Quand Hérode fut mort, voici, un ange du Seigneur apparut en
songe à Joseph, en Égypte,
et dit : Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, et va
dans le pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du
petit enfant sont morts.

 

Ndo anga kodo asi, anono moan ban nyia,
enye adugan a nnam Israel nyo.

 

Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans
le pays d’Israël.

 

Awog anga wog na Arkeluaus enye adzoe a
Yudea a meyian me esia woe Herodes ndo anga mbara ke we ;
biyeyem anga yem a nlo binga leb nye ne eye ake a nkon nnam ya
Galilea, ake sob mvog a tisoan beloege na Nazareth ; mbol ye na
anyu beprofet atoban na :

 

Mais, ayant appris qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la
place d’Hérode, son père, il craignit de s’y rendre ; et,
divinement averti en songe, il se retira dans le territoire de la
Galilée, et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin
que s’accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes .

 

Benga loe nye na man Nazareth. :
Il sera appelé Nazaréen.

 

 

Asu (se prononce ASSOU) : le visage (la figure)

Asu te : Pour cette raison, c’est pour cette raison

Mayi : Je veux

Wayi : tu veux

Ayi : Il (elle) veut

Biayi : Nous voulons

Miayi : Vous voulez

Bayi : Ils (elles) veulent

Asu te mayi na : C’est pour cette raison que je veux que

Zamba : Dieu

a nga Kobo : Il a parlé

Aï Betara : avec les anciens,
avec les pères (pour pères fondateurs)

 

Efas : La partie

Lala : Troisième

Efas Lala : La troisième partie

 

Efas Lala. Zamba a nga Kobo aï Betara

 

Me nga Kobo : J’ai parlé

Wo nga Kobo : Tu as parlé

A nga Kobo : Il (elle) a parlé

Bi nga Kobo : Nous avons parlé

Mi nga Kobo : Vous avez parlé

Be nga Kobo : Ils (elles) ont
parlé

 

Me nga sö : Je suis venu

Wo’nga sö : Tu es venu

A’nga sö : Il (elle) est venu

Bi’nga sö : Nous sommes venus

Mi’nga sö : Vous êtes venus

Be’nga sö : Ils (elles) sont
venus

 

Me nga sö n’a Mazu tsam fulu nnam :
Je suis venu pour détruire l’esprit du peuple.

 

M’azu (se prononce MAZOU) : Je
viens

W’azu : Tu viens

Azu : Il (elle) vient

By’azu : Nous venons

Mi’azu : Vous venez

B’azu : Ils (elles) viennent

 

YesusKristus a nga sö n’azu tsam
fulu-nnam.

Jésus Christ est venu esquinter
(détruire) l’esprit du peuple

 

Ye Yesus Kristus a nga sö n’azu tsam
fulu-nnam ? Est-ce que Jésus Christ est venu esquinter l’esprit
du peuple.

 

Okoba : Auparavant (autrefois)

Menga Kobo aï betara :  J’ai
parlé (discuté) avec les anciens

 

Yesus Kristus a ndziki sö tsam
fulu-nnam, a nga sö n’adzala dzo, anyebe fe dzo. Azu te ndo bi bele
na, bifyal mefulu me nnam aï mfyé Mbembe Foe Yesus Kristus.

 

Zamba a nga Kobo a¨Betara

Zamba a nga kobo a Betara a  anyu be
profet, abui biyon aï abui mezen, ndo a fe a ndem so kobo aï bia
melu ma a nyu Moan woe Emen-

29 janvier, 2012

Wa yege Ewondo – Bilugu nkala Engels Wan

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:16

Wa yege Ewondo : Tu apprends l’Ewondo

Bilugu nkala Engels Wan : Nous faisons attention à notre ange gardien

Asu (se prononce ASSOU) : le visage (la figure)

Asu te : Pour cette raison, c’est pour cette raison

Mayi : Je veux

Wayi : tu veux

Ayi : Il (elle) veut

Biayi : Nous voulons

Miayi : Vous voulez

Bayi : Ils (elles) veulent

Asu te mayi na : C’est pour cette raison que je veux que

Zamba : Dieu

a nga Kobo : Il a parlé

Aï Betara : avec les
anciens, avec les pères (pour pères fondateurs)

 

Efas : La partie

Lala : Troisième

Efas Lala : La
troisième partie

 

Efas Lala. Zamba a nga Kobo aï Betara

 

Me nga Kobo : J’ai
parlé

Wo nga Kobo : Tu as
parlé

A nga Kobo : Il
(elle) a parlé

Bi nga Kobo : Nous
avons parlé

Mi nga Kobo : Vous
avez parlé

Be nga Kobo : Ils
(elles) ont parlé

 

Me nga sö : Je suis
venu

Wo’nga sö : Tu es
venu

A’nga sö : Il (elle)
est venu

Bi’nga sö : Nous
sommes venus

Mi’nga sö : Vous
êtes venus

Be’nga sö : Ils
(elles) sont venus

 

Me nga sö n’a Mazu tsam fulu nnam :
Je suis venu pour détruire l’esprit du peuple.

 

M’azu (se
prononce MAZOU) : Je viens

W’azu : Tu
viens

Azu :
Il (elle) vient

By’azu :
Nous venons

Mi’azu :
Vous venez

B’azu :
Ils (elles) viennent

 

YesusKristus a nga sö n’azu tsam
fulu-nnam.

Jésus Christ est venu esquinter
(détruire) l’esprit du peuple

 

Ye Yesus Kristus a nga sö n’azu
tsam fulu-nnam ?
Est-ce que Jésus Christ est venu esquinter l’esprit du peuple.

 

Okoba :
Auparavant (autrefois)

Menga
Kobo aï betara
 :  J’ai parlé (discuté) avec
les anciens

 

Yesus Kristus a ndziki sö tsam
fulu-nnam, a nga sö n’adzala dzo, anyebe fe dzo. Azu te ndo bi bele
na, bifyal mefulu me nnam aï mfyé Mbembe Foe Yesus Kristus.

 

Zamba a nga Kobo a¨Betara

Zamba a nga kobo a Betara a  anyu be
profet, abui biyon aï abui mezen, ndo a fe a ndem so kobo aï bia
melu ma a nyu Moan woe Emen-

26 janvier, 2012

Ma kobo Ewondo « Mebele abwi mam Y’atili mina »

Classé dans : Esia — ewondo @ 23:05

Ma kobo Ewondo « Mebele abwi mam Y'atili mina » dans Esia Camer260112-133x150J’ai :  Mebele

Abwi (se prononce ABOUI)

 

Mvende Edin :
Les commandements de l’Amour

 

mintag :
heureux, content, joyeux

Bebela : La
vérité

 

Esia (se
prononce Essia) : Le Père, notre Père

Menga tobo sug ya mintag :
J’ai été fort réjoui (ou J’étais heureux)

zen :
Le chemin, la voie

 

bidinan bia bia :  aimions
nous les uns les autres

 

Mebele : J’ai

Wobele : Tu
as

Abele : Il
(elle) a

Bibele :
Nous avons

Mibele :
Vous avez

Bebele :
Ils (elles) ont

 

Esia Wan
(se prononce ESSIA WANN) : Notre père.

 

Edin : Amour

Menga : Je
me suis

Wonga :
Tu es

Ndo a : Maintenant

Menga tobo sug ya mintag eyon menga
tòban aï boan boe behog ya banyin a bebela. 
J’ai
été fort réjoui de trouver de tes enfants qui marchent dans la
vérité.

 

A e zen Esia wan angave bia. :
selon le commandement que
nous avons reçu du Père.(ou Selon le chemin que notre Père nous a
indiqué.

 

Ndo a, etoa dzi, : Et
maintenant,

 

Ndo a, etoa dzi, a Nganti,
afianan bo na se ki mkpaman Mvende engo matil wa, he e mvende osu fo
ya biazu ya biabele atarigi a metari, madzaè wa na bidinan bia bia.

Et
maintenant, ce que je te demande, Kyria, -non comme te prescrivant un
commandement nouveau, mais celui que nous avons eu dès le
commencement, -c’est que nous nous aimions les uns les autres.

 

Edin ene na mod anyin ane memvende
mayi. E mvende osu fo ya minga kae yege atarigi a metari ene na
minyin a edin :

 

Et l’amour consiste à marcher selon
ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez
marcher, comme vous l’avez appris dès le commencement.

23 janvier, 2012

Ma Kobo Ewondo «  Menga tobo sug ya mintag eyon menga toban aï boan boe behog ya banyin a bebela »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:09

Ma, Mvindi mod, abe Nganti ban boan
boe ya madin a bebela :
L’ancien, à Kyria l’élue et à
ses enfants, que j’aime dans la vérité

se ki he ma etam :  et
ce n’est pas moi seul

Tò e bod bese benga yem bebela :
mais aussi tous ceux qui ont connu la vérité

a dzoe bebela :  à
cause de la vérité
(au nom de la vérité)

y’ane etoa abe bia, a ayi fe tòbo
aï bia a nguma ntie enyin, tege ye sug.
 : qui demeure
en nous, et qui sera avec nous pour l’éternité, que la grâce,

Mvam, afu-nnem, mvòè Zamba Esia
fufulu aï Yesu Kristu moan Zamba  a bebela aï edin bitobogo aï
bia. 
: la miséricorde et la paix soient avec vous de
la part de Dieu le Père et de la part de Jésus Christ, le Fils du
Père, dans la vérité et la charité!

Ma til byem be kalara bee Mfufub
Yohanes

Mesugan

Ma, Mvindi mod, abe Nganti ban boan boe
ya madin a bebela se ki he ma etam,

Tò e bod bese benga yem bebela – a
dzoe bebela y’ane etoa abe bia, a ayi fe tòbo aï bia a nguma ntie
enyin, tege ye sug.

Mvam, afu-nnem, mvòè Zamba Esia
fufulu aï Yesu Kristu moan Zamba a bebela aï edin bitobogo aï bia.

———————–

L’ancien, à Kyria l’élue et à ses enfants, que j’aime dans la
vérité, -et ce n’est pas moi seul qui les aime, mais aussi tous
ceux qui ont connu la vérité, – à cause de la vérité qui
demeure en nous, et qui sera avec nous pour l’éternité: que la
grâce, la miséricorde et la paix soient avec vous de la part de
Dieu le Père et de la part de Jésus Christ, le Fils du Père, dans
la vérité et la charité!

J’ai été fort réjoui de trouver de tes enfants qui marchent dans
la vérité, selon le commandement que nous avons reçu du Père.
Et maintenant, ce que je te demande, Kyria, -non comme te
prescrivant un commandement nouveau, mais celui que nous avons eu
dès le commencement, -c’est que nous nous aimions les uns les
autres.
Et l’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le
commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l’avez
appris dès le commencement.
Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne
confessent point que Jésus Christ est venu en chair. Celui qui est
tel, c’est le séducteur et l’antéchrist.
Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit
de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense.
Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ
n’a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et
le Fils.
Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le
recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut!
car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres.
Quoique j’eusse beaucoup de choses à vous écrire, je n’ai pas
voulu le faire avec le papier et l’encre; mais j’espère aller chez
vous, et vous parler de bouche à bouche, afin que notre joie soit
parfaite.
Les enfants de ta soeur l’élue te saluent.

 

Ma Kobo Ewondo « A mvog Tad, Kaman do »

Classé dans : Non classé — ewondo @ 0:59

Mayege An lan Ewondo
« Mfelna bibug bia yen ayie »

 

Betara : les
ancêtres, Nos pères, Nos aïeuls

Se ki betara ban ya nyebe,
betara fo ya nkas abyali, ane mbol bia kar dzo na  » Betara benga ku
nkana ».

Nkas abyali – mbol enyin
ya zu ya kalan a zan nköl avuman.

A bekamba – wake wadzen
a bebuni, tege fô toan yem ane a ne, da ofidigi te ne enga toan yem.

 

Bilanda – anyama ya mod
abege asu nsem wub, nge efadi.

Abadegan a fedegan – a
dan  dan fô

Eban – ngul nlan. A kud
eban oyen.

Eban – mbaman byem
fufulu hom mbog, mbom byem.

Tòn ndan – a kad mod e
dzoe doe bakar wa lon a ekiga, nge a nkul.

Esam-ndzigi – a kuli en
dzam ahe dzan bod feg.

Benge – a tud, dzoe esoa
aï olugu eyon wa bò dzam.

Ndi – afidi.

Taleba – ake a wulu osò
ali one ali, tege fo aï mfi zin

Etui zen – e zen ya ke
ki mfan oyab, emana.

A duman aï mam – abo
mam tege toan ke a bindi a nnem.

Eden – tege aï mfi –
Awu (se prononce AWOU) eden ndzug.

Lan mintuan – ake a
bindi a nnem ete.

Fulu ebomkama – Ake ngam
aï bod boe.

Mimbe (ebul mimbe) –
adzu e dzom osingi

Samela fulu – a va fulu
. – Yag fulu – akom fulu n’enyeb.

Tebega – bebela – mfan
mfan.

Tone – ave ngul amvus.

Ntod : e mod awulu
etam.

Wadan – amiam mendim a
mgol, wge meki.

Akalega – mvit.

Nyanda – atam annem ete

Aku aken – a dzeme aken

Nku aken – e mod a dzeme
aken.

Nkag aken – e mod alig
melu na adzemelë aken

Mkpee aken – efae asu e
mod akpee aken asu ngengan.

Ebin – e mod abe ki yem
dzam y’aken, mfim mfim, tege yem dzom.

Mvon – e mod anyian
n’aku aken, nku aken.

Ngos – e mod akyebe a
nkad eku aken.

123456...11
 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien