Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

30 décembre, 2015

Ma kobo Ewondo – Amos etsig ntol, Bod bayi tié ndo ya bibug bise benga kobo ekokobo

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:21

Anyu (se prononce ANYOU) : la bouche

 Mintsogan ya Nnem Miafuguzu a Anyu

Nge ele ene mben, bibuma bie bia bine fe mben ; nge ele ene abé, bibuma bie bia bine fe hé abé. Amu bayem ele a bibuma. E mvog mekpe ny!, Eye mine dzam kobo nkobo one mben ya, minnem mibebe mina a abum ane miabeb na? Amu, medzo me nnem mafuguzu a anyu. Mbembe mod akuli mimbembe mi man a mbembe nnem woe, ane fe mbe mod nye akuli bebè be mam a mbé nnem woe.

Ndo hm makad mina na: a amos etsig ntol, bod bayi tié ndo ya bibug bise benga kobo ekokobo. Amu nkobo woe engo wayi wa ve mekyebe, he nkobo woe engo wayi wa ve mekyebe, he nkobo woe engo fe wayi wa ve meku.

———————–

Les pensées du Coeur se bousculent dans la bouche

Si un arbre est bon, ses fruits seront également bons ; si vous avez un arbre malade, vous aurez de mauvais fruits. Car on reconnaît un arbre au genre de fruits qu’il produit. Bande de serpents ! Comment pourriez-vous dire de bonnes choses, alors que vous êtes mauvais ? Car la bouche exprime ce dont le cœur est plein. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor ; l’homme mauvais tire de mauvaises choses de son mauvais trésor.

 

Je vous le déclare : au jour du Jugement, les hommes auront à rendre compte de toute parole inutile qu’ils auront prononcée. Car c’est d’après tes paroles que tu seras jugé et déclaré soit innocent, soit coupable. »

31 août, 2014

Edifiant! Avocat dégoûté par son cursus d’habilitation de sécurité : religion.

Classé dans : Non classé — ewondo @ 19:13

Bonjour,

 

Comme le démontrent les lignes qui suivent, j’ai été contraint de prendre conscience de l’extrême difficulté à définir ce qu’est un infidèle. Choisir entre Allah ou le Christ, alors que l’Islam est de loin la religion qui progresse le plus vite en notre pays.

 

Le mois dernier, je participais au stage annuel de remise à niveau, nécessaire au renouvellement de mon habilitation de sécurité dans les prisons. Il y avait dans le cursus une présentation par quatre intervenants représentant respectivement les religions Catholique, Protestante, Juive et Musulmane, expliquant les fondements de leurs doctrines respectives. C’est avec un intérêt tout particulier que j’attendais l’exposé de l’Imam.

 

La prestation de ce dernier fut remarquable, assortie d’une projection vidéo. À l’issue des présentations, vint le temps des questions/réponses, et lorsque ce fut mon tour, je demandai : « Je vous prie de me corriger si je me trompe, mais j’ai cru comprendre que la majorité des Imams et autorités religieuses ont décrété le Jihad (guerre sainte), à l’encontre les infidèles du monde entier, et qu’en tuant un infidèle (ce qui est une obligation faite à tous les musulmans), ceux-ci sont assurés d’aller au paradis. Dans ce cas, pourriez-vous me donner la définition de ce qu’est un infidèle ? »

 

Sans rien objecter à mon interprétation et sans la moindre hésitation, l’Imam répondit : « un non musulman » !!!

 

Je rétorquais : « Alors permettez-moi de m’assurer que j’ai bien compris : L’ensemble des adorateurs d’Allah doivent obéir au commandement de tuer quiconque n’appartient pas à votre religion, afin de gagner leur place au paradis, n’est-ce pas ? »

 

Son visage qui affichait jusqu’alors une expression pleine d’assurance et d’autorité se transforma soudain en celui d’un garnement surpris la main dans le pot de confiture !!!

 

C’est exact rétorqua-t-il dans un murmure.

 

Je repris : « Eh bien, j’ai beaucoup de mal à essayer de m’imaginer le Pape Benoît XVI exhortant tous les Catholiques à massacrer vos coreligionnaires ou le Pasteur Stanley en faisant autant pour garantir aux Protestants une place au paradis.

 

L’Imam se retrouva sans voix !

 

Je poursuivis : J’ai également des difficultés à me considérer comme votre ami, lorsque vous-même et vos confrères incitez vos fidèles à m’égorger ! »

 

Juste une autre question : « Choisirez-vous de suivre Allah qui vous ordonne de me tuer afin d’obtenir le paradis, ou le Christ qui m’incite à vous aimer afin que j’accède, moi aussi au paradis, parce qu’il veut que j’y sois en votre compagnie ? » On aurait pu entendre une mouche voler, tandis que l’Imam demeurait silencieux.

 

Inutile de préciser que les organisateurs et promoteurs du séminaire de formation à la diversification n’ont pas particulièrement apprécié cette façon de traiter le ministre du culte Islamique et d’exposer quelques vérités à propos des dogmes de cette religion.

 

Au cours des trente années à venir, il y aura suffisamment d’électeurs musulmans en notre pays pour installer un gouvernement de leur choix, avec l’application de la Sharia en guise de loi. Il m’apparait que tous les citoyens de ce pays devraient pouvoir prendre connaissance de ces lignes, mais avec le système de justice et de médias libéraux combinés à la mode démente du politiquement correct, il n’y a aucune chance que ce texte soit largement publié.

 

C’est pourquoi je vous demande de le diffuser à tous les contacts de votre internet.

 

 

 

Gilbert COLLARD

 

13 juillet, 2014

Wayege Ewondo — Ma nyo malo nkat foe wöm

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:13

Ma nyo : Me voici

malo : j’appelle

Nkat foe (se prononce ANKAT) : le messager

Wöm (se prononce WAM) : le mien, la mienne

ne awulu : qu’il (qu’elle) marche

wa : toi

a osu : devant

Ye e mod : Est-ce un homme

Abege : habiller, il (elle) est habillé(e)

Mimbod : vêtements

mimbod mi nyanga? : les vêtements élégants ?

Tege ! : non !

Dze ?: quoi ?

hm ben bikele yen : : vous êtes allés voir

Ye e ? : Est-ce ?

Nden : un roseau

Y’anden : secouer

Aï : avec

aï evundu : avec le vent

Dze : Qu’est-ce que

Nkod : Sec, sèche

Mikele yen : Aller regarder

A nkod nnam : dans le désert

Anga tari : Elle(il) a commençé

Akad bod : Qu’il (ou elle) parle aux gens

Mam : les choses

Y’abe : de

Ndo : alors

Nye na : il dit alors

bakar tobo habitent, qui habitent en général

a menda : Dans les (ou la) maison

Minkukuma a? : les reines, les rois.

 

Yesu anga tari na akad bod mam y’abeYohanes

 

Okan bedugan nala, ndo , nye na: « Dze mikele yen a nkod nnam ? Ye e nden y’anden aï evundu? »

« Tege ! Dze hm ben bikele yen? Ye e mod abege mimbod mi nyanga? Koana e bod bebege mimbod mi nyanga bakar tobo a menda minkukuma a? »

« Dze a fo mikele yen tuk? Ye profet ? Owe, makad mina, alolodo profet. Amu enye benga til na:  »

« Ma nyo malo nkat foe wöm ne awulu wa a osu, ake akomezan wa mezen a osu. »

_______________________________________

 

Jésus parle de Jean-Baptiste

 

Les disciples de Jean repartent. Jésus se met à parler de Jean aux foules qui sont là. Il leur dit : « Qu’est-ce que vous êtes allés regarder dans le désert ? Un roseau secoué par le vent ?»

Un homme habillé de vêtements élégants ? Mais ceux qui ont de beaux vêtements habitent dans les palais des rois. »

« Qu’est-ce que vous êtes allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et même plus qu’un prophète ! En effet, Jean est celui que les Livres Saints annoncent quand Dieu dit :

« Moi, je vais envoyer mon messager devant toi. Il préparera le chemin pour toi. »

10 juin, 2014

Mayege Ewondo — Nga minga lan mbol David angabo

Classé dans : Ewondo — ewondo @ 22:42

APOSTEL BAWANDI FES A ZEN

Melu mete, Yesu alodo a afub bidi a amos sabat. Mbol beyege boe bewogo zie, benga wandi fes    bedzaag. Benga yi yen nala, befarisea bo aï nye na: Ye otala fo ane beyege boe babo e dzom ene eki a amos sabat?

Ndo anga yalan bo na: Nga minga lan mbol David angabo eyon anga wog zie, aï nye aï biyon    bie? Anga nyian a tempel Zamba, benga di bembanela metunena, ya angabe ki abele ngul n’adzaag, to biyon bie, sesala he befada etam? To kalara Mvende, nga mi miandzi lan na, a amos sabat, befada    badan mvende sabat, tege vus?

Ndo me makad mina na, e mod miayen ha nyo alod Tempel bilolodo. Nge miyeme wog ndina ya ebug    ene na: « nnem ngol engo mayi, se ki metunena, nge miandzi ki bi e bod ba evus a nyol. Amu moan mod enye adzoe    sabat. »

Les disciples de Jésus avaient      faim le jour du sabbat

 

Quelque temps après, Jésus traversait des champs de blé un jour de sabbat. Ses    disciples avaient faim ; ils se mirent à cueillir des épis et à en manger les grains. Quand les Pharisiens virent cela, ils dirent à Jésus : « Regarde, tes disciples font ce que notre loi ne permet    pas le jour du sabbat ! » Jésus leur répondit :     « N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour où lui-même et ses compagnons avaient faim ? Il entra dans la maison de Dieu et lui et ses compagnons mangèrent les pains offerts à Dieu ; il ne leur était    pourtant pas permis d’en manger : notre loi ne le permet qu’aux seuls prêtres. Ou bien, n’avez-vous pas lu dans la loi de Moïse que, le jour du sabbat, les prêtres en service dans le temple n’observent    pas la loi du sabbat, et cela sans être coupables ?

Or, je vous le déclare, il y a ici plus que le temple !

Si vous saviez vraiment ce que signifient ces mots de l’Écriture : “Je désire la  bonté et non des sacrifices d’animaux”, vous n’auriez pas condamné des innocents. Car le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

27 avril, 2014

Wakobo Ewondo

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:58

fufulu : ensemble

Biwolè : biscuits ; les biscuits ; des gâteaux sucrés

Antiè : pendant

Tebege Ensamba : Mettez-vous en rang ; mettez-vous groupés

Antié Makouss Biwolè : pendant que j’achète des biscuits

Tebege Ensamba Antiè Makous Biwolè : Mettez-vous ensemble pendant que j’achète des biscuits

Alod : passer, il (elle) passe

Malod : je passe

Walod : tu passes

Byalod : nous passons

Myalod : vous passez

Balod : ils (elles) passent

Asi (se prononce ASSI) : par terre ; au sol

Mu (se prononce MOU) : ici, là

 

Atobau : s’asseoir

Atobau : il (elle)s’assoit ou s’assied

Matobau : je m’assois ou je m’assieds

Watobau : tu t’assois ou tu t’assieds

Byatobau : nous nous asseyons ou assoyons

Myatobau : vous vous asseyez ou assoyez

Batobau : ils (elles) s’asseyent ou assoyent

Belod : sont passés

Ebai (ébai) : deux

Abui (se prononce ABOUI) :beaucoup

Bod : les gens, les personnes

Baa biiya ticket ébai : Ajoute-nous deux tickets ; Ajoutez-nous deux tickets

Ankelé Efai Ya Yob allons de l’autre côté là-haut

Bod Belod eya Abui Asi Mu : beaucoup de monde sont déjà passés par ici ; beaucoup de personnes sont déjà passés par ici

Ankele Töbau Enfa ya Mu : allons-nous asseoir par là

 

Zaa : viens

Ali : là-bas

Zaa, Bike tobau Enfa yaYad Ali : viens que nous allions nous asseoir de l’autre côté là-bas ; viens, nous allons aller nous asseoir de l’autre côté là-bas

Tege : non

Atari : débuter; commencer

Tege, Ankele Töbau Enfa ya Mu : non, allons-nous asseoir par ici

Tege, Ankele Töbau Enfa yaYad Ali : non, allons-nous asseoir par là  (là-bas)

Nga Wayen na Awé Oyem ya : Ne-vois-tu pas que par là, ils (elles) sont serrés

Zaa, Bike töbau Enfa ya mu : Viens que nous allions nous asseoir par ici

Zaa Bike töbau Enfa ya ali : viens que nous allions nous asseoir par là

Awé byé yen Embeng : par là nous verrons mieux

Zaa bizu töbau wé : viens que nous nous asseyons là-bas

Wulugu (se prononce WOULOUGOU) : marche ; avance

Wulugu avoll : marche vite

Ndamba : le match de foot

Ndamba Etare iya : le match de footbal a déjà débuté

1 septembre, 2013

Mayege Ewondo – - Bengele tege nyin fufulu

Classé dans : Abraham,Afidi — ewondo @ 21:10

Bengele tege nyin fufulu :

 Kalara bimvam bi Yesu Kristu, man David, man Abraham. (Efas Bee) : Le livre des ancêtres de Jésus-Christ (Deuxième partie)

 Amvus mekaban ya Babylon, ndo Yekonias anga bye Salathiel, Salathiel abye Zorobabel. Zorobabel abye Abiud, Abiud abye Eliakim, Eliakim abye Azor, Azor abye Sadok, Sadok abye Akim, Akim abye Eliud, Eliud abye Eleazar, Eleazar abye Matthan, Matthan abye Yakob,

Yakob abye Yosef, nnom Maria ; e Maria y’anga bye Yesu, ya baloe na Kristu.

  Ngongo bod te ese enga kwi hm na atarigi abe Abraham akelekwi abe David, ngongo bod awom aï enyi ; atarigi abe David akelekwi a mekaban ya Babylon, ngongo bod awom aï enyi ; atarigi a mekaban ya Babylon akelekwi abe Kristu, ngongo bod awom aï enyi.

 

Ils ne sont pas partis

 Après l’exil à Babylone, Jékonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Éliakim Éliakim engendra Azor, Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akim, Akim engendra Élioud, Élioud engendra Éléazar, Éléazar engendra Mattane, Mattane engendra Jacob,

Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie,de laquelle fut engendré Jésus,que l’on appelle Christ (ou Messie).

 Le nombre total des générations est donc : quatorze d’Abraham jusqu’à David, quatorze de David jusqu’à l’exil à Babylone, quatorze de l’exil à Babylone jusqu’au Christ.

30 janvier, 2013

Mayege Ewondo — BIMVAM Bi Yesu

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:53

Ngal : La femme

Bebenyan :  Les frères

Man (se prononce MOAN) : le fils de

Anga bye : engendra (du verbe engendrer)

Kalara : Le livre

Ndo : Alors

Anga bye Farès ban Zara : Engendra Farès et Sara

Ndo Yuda “anga bye Farès ban Zara “ abe Thamar : Juda de son union avec Thamar

Nkukuma (se prononce ANKOUKOUMA) : Le roi

Mayege Ewondo -- BIMVAM Bi Yesu carte-camair-210x300

Kalara bimvam bi Yesu Kristu, man David, man Abraham :

 

Abraham anga bye Isaak, Isaak abye Yakob, Yakob abye Yuda aï babenyan boe, ndo Yuda anga bye Farès ban Zara abe Thamar, Farès abye Esrom, Esrom abye Aram, Aram abye Aminadab, Aminadab abye Naason, Naason abye Salmon, Salmon abye Booz abe Rahab, Booz abye Yobed abe Ruth, Yobed abye Yessé, Yessé abye nkukuma David.

 

David abye Salomon, abe ngal Uria, Salomon abye Roboam, Roboam abye Abia, Abia abye Asa, Asa abye Yosafat, Yosafat abye Yoram, Yoram abye Ozias, Ozias abye Yoatham, Yoatham abye Akaz, Akaz abye Ezekias, Ezekias abye Manassé, Manassé abye Amon, Amon abye Yosias, Yosias abye Yekonias aï bebenyan boe; abog te hmm bazu ke a mekaban a Babylon.

 

Voici la table des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham :

Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, Juda, de son union avec Thamar, engendra Pharès et Zara, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassone, Naassone engendra Salmone, Salmone, de son union avec Rahab, engendra Booz, Booz, de son union avec Ruth, engendra Jobed, Jobed engendra Jessé, Jessé engendra le roi David.

David, de son union avec la femme d’Ourias, engendra Salomon,  Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Josaphat engendra Joram, Ozias engendra Joatham, Ozias engendra Joatham, Acaz engendra Ézékias, Ézékias engendra Manassé, Manassé engendra Amone, Amone engendra Josias, Josias engendra Jékonias et ses frères à l’époque de l’exil à Babylone.

 

 

21 janvier, 2013

Mayege Ewondo — Wake Usu a Bibuk

Classé dans : Non classé — ewondo @ 21:14

Mayege : J’apprends

Ewondo : La langue Ewondo

 

Biake : Nous allons

Wake : Tu vas

Make (se prononce Maake) : Je vais

Ake : Elle va

Miake : Vous allez

Baake : Elles vont

Biake Usu ä Bibuk : Nous allons de l’avant avec les mots

 

Biake : Nous allons de l’avant

Usu (se prononce OUSSOU) : En avant

Anvus (se prononce ENVOUSS) : En arrière

 

Ngab : le Partage

Kab : Partager

A kab : Partager

 

Ndele : Hirondelle

Ndamba : Le Ballon, la balle

 

Ndie (se prononce Ndié) : les Petit-enfants, le Petit-fils, la petite-fille

Ndam : Réussite

 

A Ndam : Une personne qui a réussi {dans la vie par exemple}

Abyali : la naissance

Nyia : la mère

Nyia Woe : Sa mère

Metin me alug : les fiançailles

Alug : le mariage

Fufulu (se prononce FOUFOULOU) : Ensemble

I Nyin : La Vie

Bengele tege nyin fufulu : Ils ne vivaient pas encore ensemble

Anga bo na : Cela s’est passé (e) ainsi

Nnom (se prononce A NNOM) : un Mari

Nnom woe : son mari

Soso (se prononce SOSSO) : droit, juste

Mod (se prononce MOTT) : Une personne, Un homme, Une femme

Angabe : Il était

Angabe Soso Mod : Il était un homme droit

Me Ngabe : J’étais

Wo Ngabe :  Tu étais

A Ngabe : Il (elle) était

Bi Ngabe : Nous étions

Mi Ngabe : Vous étiez

Be Ngabe : Ils (elles) étaient

Mfufub ( se prononce M FOUFOUB) : Saint

Mfufub Nsisim : l’Esprit Saint, le Saint-EspritMayege Ewondo -- Wake Usu a Bibuk camer-31-300x244

20 janvier, 2013

Ma Yege Ewondo – Atubu Ya Egipten

Classé dans : Non classé — ewondo @ 16:40

Atubu (se prononce ATOUBOU)  : La fuite

Ma Yege Ewondo - Atubu Ya Egipten camer-3-300x244Wa Dzemne Ma : Tu me manques

Beyem : Les invités, (dans ce contexte, il s’agit des mages)

Benga : Ils sont

Benga dugan : Ils furent partis

Woban : le leur

A Nnam woban : Dans leur pays

 

Menga dugan : Je fus parti

Wonga dugan : Tu fus parti

Anga dugan : Elle fut partie

Binga dugan : Nous fûmes partis

Minga dugan : Vous fûtes partis

Benga dugan : Elles furent parties

 

Menga Loe : J’ai appelé

Awu (se prononce AWOU) : La mort

Nkobo : La parole

Alu’se (se prononce ALOU SE) : En pleine nuit

Engles : Un ange

Nti (se prononce ANTI) : Le Seigneur

Engles Nti : Un ange du Seigneur

 

Yosef : Joseph

Nlo : la tête

A nlo : dans un rêve

Asi (se prononce ASSI) : Au sol

Kodogo asi : Lève toi

Nyia : La mère

Ban :  Avec

Ban nyia ; Avec sa mère

 

ATUBU Ya EGIPTEN

Adugan beyem benga dugan a nnam woban, ndo engles Nti anga yene Yosef a nlo, nye aï nye na : « Kodogo asi, onon moan ban nyia, otub a Egipten; wayi tobo wé, akelekwi ane mayi wa kad. Amu Herodes ayi dzen ne awoé moan te ».

Ndo angakodo asi, anono moan ban nyia, aï alu’se, ndo anga ke a Egipten; atobo wé akelekwi a awu Herodes, mbol ye na nkobo profet hi otoban na: “ Menga loe moan woam a Egipten“

 

LA FUITE en EGYPTE

Quand les savants furent partis, un ange du Seigneur apparut à Joseph dans un rêve et lui dit : « Debout, prends avec toi l’enfant et sa mère et fuis en Égypte ; restes-y jusqu’à ce que je te dise de revenir. Car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire mourir. » .

Joseph se leva donc, prit avec lui l’enfant et sa mère, en pleine nuit, et se réfugia en Égypte. Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode. Cela arriva afin que se réalise ce que le Seigneur avait dit par le prophète : « J’ai appelé mon fils à sortir d’Égypte. »

17 décembre, 2012

Wayege Ewondo – Bibuk bi nku

Classé dans : Non classé — ewondo @ 0:19

E mot alön mvoe, ngë ngal, ngë nnyia, ngë esia, ngë manyan, abö hm na, hë e nda ya mot angayoban ndzo alön, atian nye aï beesia boe, aï benyiandomo boe.

Beesia (se prononce BEE SIA) : les pères

Beesia boe : tes pères

Maloe :  J’appelle

 

 

Nku (se prononce NKOU) : le Tam Tam ; ancien téléphone d’Afrique Noire, il servait dans les contrées africaines à communiquer

 

Bibuk (se prononce BIBOUK) : les phrases

 

Olön : Appelle

 

Aloë : Appelle

 

Mvoe : L’ami, un ami

 

Ngal : femme

Ngë Ngal : sa femme, son épouse

 

Nnyia : mère

Ngë Nnyia : sa mère

 

Esia (se prononce ESSIA) : père

Ngë Esia : son père

 

Manyan (se prononce MA NYAN) : frère

Ngë Manyan : son frère

 

Benyiandomo : Les oncles

Aï benyiandomo boe : tes oncles

 

Amu (se prononce AMOU) : parce que

 

Mbon  (se prononce M BOM) : le manioc

Man emvum mbon : un morceau de manioc

 

Man Kal : son neveu, sa nièce (l’enfant né de sa sœur ou son frère)

Mfë (se prononce EM FE) : quelqu’un

 

Mot : une personne quelconque

 

Mkpeg (se prononce M PEG) : une personne aimée

Mkpaman : une nouvelle, un nouveau

 

Mkpali [se dit également FIANGA) ; une blague

 

Nye (se prononce NIAI) : la limite, la frontière

 

Nyak : la vache

 

Nyim : un refus

 

Nyuk ; les cheveux blancs

 

12345...11
 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien