Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

7 février, 2018

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Classé dans : Ewondo,Kobogo,Kub,Obama — ewondo @ 1:42

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Au Cameroun avant les différentes colonisations, les

gens vivaient dans de petites sociétés bien

organisées; elles étaient sous l’autorité de chefs, de

rois, de Fons, de Lamibé… L’autorité de chef de village

était surtout respectée en temps de guerre et à sa

mort, les gens ne reconnaissaient pas forcément son

fils comme chef à moins qu’il n’ai aussi les qualités

requises de force et de bravoure à la guerre.

 

Les peuples  côtiers et ceux de la forêt

 

Certains rois : William, Akwa ou Bell s’enrichirent

grâce à leur main mise sur le commerce avec des

Européens. Toutefois, leurs royaumes ne furent

jamais très étendu. Les chefs  des peuples de la

côte et de la forêt étaient très différents de ceux des

GrassFields car ils n’avaient pas autant d’épouses,

de domestiques et d’enfants. Chez les peuples

de la forêt du littoral et du Centre-sud, comme les

Bassa et les Beti, le pouvoir politique était organisé

dans le cadre de ce qu’on a appelé la « démocratie

villageoise », système contrôlé par les aînés des

lignages et des familles et par des responsables

de confréries.

 

 

 

Les Nordistes

 

Depuis des siècles, le Nord avait disposé de

gouvernements bien organisés. La majorité

vivant sous l’autorité de chefs et de leur substitut.

Dans cette société, le chef commandait l’armée,

passait des traités de commerce, de paix et si

nécessaire décidait d’engager ou non son armée

dans la guerre. Il avait plusieurs femmes et

nombreux serviteurs. Chaque adulte de son

territoire devait lui payer l’impôt. Lorsque les peuls

(musulmans) arrivèrent au 18ème siècle, ils

transformèrent les chefferies en Lamidat. Le Lamido

était en même temps chef religieux et  politique.

Ils faisaient la guerre à leurs voisins pour les convertir

à l’Islam. Ils avaient de nombreuses épouses et

beaucoup d’enfants qui recevaient à l’âge adulte un

terrain non loin du palais pour construire leur demeure.

 

Les Bamilékés

 

Ce sont les Bamilékés, les Bamenda, les Bamoun.

Ils étaient organisés en puissantes chefferies sous

l’autorité des Fon, de Fonte, de Fais. Le Fon était

le titre le plus élevé. Celui ci était chargé de la

protection de la terre et de son peuple. Ils avaient

plusieurs épouses qui avaient chacune sa maison

dans le palais. Ensuite venait les Fonte qui avaient

sous leur autorité de vastes groupes de gens mais

devaient régulièrement rendre hommage au Fon.

Enfin, venaient les conseillers et les Ntchinda.

 

Les Bamoun avaient des croyances traditionnelles

puis devinrent chrétiens avec l’arrivée des

Européens, mais sous l’influence du puissant

Lamido de Banyo, une bonne partie se converti

à l’Islam. Le plus connu des souverains Bamoun

est le roi NJOYA qui inventa un moulin à broyer le

maïs et mis au point un système d’écriture.

 

3 décembre, 2017

Ewondo – Le climat du Cameroun

Climat du Cameroun

 

Deux grandes saisons rythment le climat : 

 

une saison des pluies (d’avril à novembre) et une saison sèche (de novembre à avril).

 

Températures :

 

Yaoundé (centre) : de 17° (en juillet) à 30° (en mars)

 

Douala (littoral) : de 22° (en juillet) à 31° (en février)

 

Garoua (nord) : de 16° (en décembre) à 40° (en avril)

 

Pluviométrie :

 

Yaoundé : de 22 mm (en janvier) à 300 mm (en octobre)

 

hygrométrie : 20 à 92%

 

Douala : de 50 mm (en décembre) à 300 mm ( en septembre)

 

hygrométrie : 75 à 97%

 

Garoua : de 0 mm (décembre-février) à 210 mm (en août)

 

hygrométrie : 10 à 70%

 

En résumé :

 

A Yaoundé, le climat sub-équatorial est légèrement tempéré par l’altitude, même faible (750 m). On note une grande saison sèche (décembre-mars) interrompue par de rares pluies, une petite saison sèche (mai-août) avec quelques pluies orageuses et une grande saison des pluies

 

(août-novembre). La température moyenne est de 24° ; cent cinquante-trois jours de pluie par an ; les écarts de température entre le jour et la nuit peuvent être importants.

 

A Douala, le climat est chaud et humide. La température moyenne est de 26° ; le degré hygrométrique diminue quelque peu dès que l’on s’éloigne de la côte ; la température de nuit est à peu près la même que la température de jour, ce qui rend nécessaires les climatiseurs (plutôt assécheurs d’humidité que réducteurs de température) de novembre à juin. Proche de l’équateur, la nuit et le jour sont sensiblement équivalents à Douala tout au long de l’année, avec un coucher du soleil vers dix-huit heures.

 

10 mars, 2011

Benga Kom Mindzong – Mayege Ewondo

Classé dans : Awom,Kobogo,Make tsog,Mvende — ewondo @ 23:31

Kobogo : Raconter, relater

Mvende (se prononce hmmvende): les conseils, les commandements

Awom : Dix, les dix

Awom mvende : les dix commandements

Nda Zamba : La maison de Dieu

Kobogo mvende Nda Zamba : Parler (indiquer) les dix commandements de la maison de Dieu


Make tsog : Je vais croire

Wake tsog : tu vas croire

Ake tsog : il va croire

Byake tsog : nous allons croire

Miake tsog : vous allez croire

Bake tsog :ils vont croire

Te mod (se prononce Te mot) : Que personne

Na : que

Menga zu : je suis venu

Wönga zu : tu es venu

Anga zu : elle est venue (il est venu)

Binga zu : nous sommes venus

Minga zu : vous êtes venus

Benga zu : elles sont venus

 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien