Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour février 2018

21 février, 2018

Les Missionnaires portuguais au Cameroun

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:11

Les premiers missionnaires venus au Cameroun

venaient de Malabo. Il s’agissait des révérends 

Joseph Merrick  (fils d’ancien esclave jamaïcain)

et Alfred Saker (anglais). En1858, A. Saker et J.

Merrick plus un petit groupe d’esclaves

s’installaient au Cameroun et A. Saker

acheta au roi Bakweri de Bimbia une grande

propriété en bord de mer de 16 km sur 8 km.

Le petit groupe bâtit une école, une église et des

bâtiments pour la mission mais ils durent aussi

affronter des problèmes de santé  ou l’hostilité

des populations.  Ils ouvrirent des églises, des

dispensaires et des centres de soins et formèrent

un grand nombre de pasteurs camerounais, des

tailleurs, des cordonniers,  des maçons et aussi

des charpentiers qui les aidèrent à construire

 l’église de Béthel en 1860 ; entre 1862 et 1872

Saker entreprit de traduire la Bible en langue

Douala.

7 février, 2018

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Classé dans : Ewondo,Kobogo,Kub,Obama — ewondo @ 1:42

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Au Cameroun avant les différentes colonisations, les

gens vivaient dans de petites sociétés bien

organisées; elles étaient sous l’autorité de chefs, de

rois, de Fons, de Lamibé… L’autorité de chef de village

était surtout respectée en temps de guerre et à sa

mort, les gens ne reconnaissaient pas forcément son

fils comme chef à moins qu’il n’ai aussi les qualités

requises de force et de bravoure à la guerre.

 

Les peuples  côtiers et ceux de la forêt

 

Certains rois : William, Akwa ou Bell s’enrichirent

grâce à leur main mise sur le commerce avec des

Européens. Toutefois, leurs royaumes ne furent

jamais très étendu. Les chefs  des peuples de la

côte et de la forêt étaient très différents de ceux des

GrassFields car ils n’avaient pas autant d’épouses,

de domestiques et d’enfants. Chez les peuples

de la forêt du littoral et du Centre-sud, comme les

Bassa et les Beti, le pouvoir politique était organisé

dans le cadre de ce qu’on a appelé la « démocratie

villageoise », système contrôlé par les aînés des

lignages et des familles et par des responsables

de confréries.

 

 

 

Les Nordistes

 

Depuis des siècles, le Nord avait disposé de

gouvernements bien organisés. La majorité

vivant sous l’autorité de chefs et de leur substitut.

Dans cette société, le chef commandait l’armée,

passait des traités de commerce, de paix et si

nécessaire décidait d’engager ou non son armée

dans la guerre. Il avait plusieurs femmes et

nombreux serviteurs. Chaque adulte de son

territoire devait lui payer l’impôt. Lorsque les peuls

(musulmans) arrivèrent au 18ème siècle, ils

transformèrent les chefferies en Lamidat. Le Lamido

était en même temps chef religieux et  politique.

Ils faisaient la guerre à leurs voisins pour les convertir

à l’Islam. Ils avaient de nombreuses épouses et

beaucoup d’enfants qui recevaient à l’âge adulte un

terrain non loin du palais pour construire leur demeure.

 

Les Bamilékés

 

Ce sont les Bamilékés, les Bamenda, les Bamoun.

Ils étaient organisés en puissantes chefferies sous

l’autorité des Fon, de Fonte, de Fais. Le Fon était

le titre le plus élevé. Celui ci était chargé de la

protection de la terre et de son peuple. Ils avaient

plusieurs épouses qui avaient chacune sa maison

dans le palais. Ensuite venait les Fonte qui avaient

sous leur autorité de vastes groupes de gens mais

devaient régulièrement rendre hommage au Fon.

Enfin, venaient les conseillers et les Ntchinda.

 

Les Bamoun avaient des croyances traditionnelles

puis devinrent chrétiens avec l’arrivée des

Européens, mais sous l’influence du puissant

Lamido de Banyo, une bonne partie se converti

à l’Islam. Le plus connu des souverains Bamoun

est le roi NJOYA qui inventa un moulin à broyer le

maïs et mis au point un système d’écriture.

 

 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien