Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

  • Accueil
  • > Archives pour février 2011

26 février, 2011

Minsili Asu Ayege – YESU AYEGELE, ABO BOD MVOE

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:06

Minsili (se prononce MINSSILI) : Les questions

Asu (se prononce ASSOU) : pour

Ayege : Apprendre

Mawok Wa : Je t’écoute 

Awok Wa : Il t’écoute 

  

ABO : Faire 

  

Mabo ( se prononce Ma BAUX et non pas comme il s’écrit): Je fais 

Wabo : Tu fais 

Abo : Il ou elle fait

Bya bo : Nous faisons 

Mina bo : Vous faites 

Babo : ils font

  

Öse (se prononce OSSE) : Toute (tout) 

Ase (se prononce ASSE) : Toute, tout 

  

Menda : Maison 

Dokten : Doctrine 

  

Menda me dokten : Les maisons de doctrine (de catéchisme), à l’époque, ce doit être dans les lieux de synagogue. 

  

Makoan : (se prononce comme il s’écrit) Je suis malade

Wakoan : Tu es malade 

Akoan : Elle est malade 

Byakoan : Nous sommes malades 

Minakoan : Vous êtes malade(s) 

Bakoan : Elles sont malades. 

  

Aï mintye misse : Avec toutes les infirmités 

Akoan ase : Toutes les maladies 

  

Öse (se prononce OSSE) : Toute (tout) 

Ase (se prononce ASSE) : Toute, tout 

Nguma : Toute 

Nguma Syria : Toute la Syrie 

  

Beza nye lede : Ils amenaient (Afin d’éviter le verbe « apporter » 

  

  —————————————————– 

YESU AYEGELE, ABO BOD MVOE – Jésus enseigne, Il guérit (fait que les gens guérissent)

  

   

Akele awulu a nnam Galilea öse, ake ayegele a menda me dokten, ayedegan Mbembe Foe ya Ayon Zamba, ake asie bod akon ase aï mintye misse. 

  

Dzoe die ayaman a fö a nguma Syria, beza nye lede akyae minkokön asse, aï eba besimenan aï mintye mekyae me_sse, aï eba bengabe bele bebe minsisim a nyöl, aï eba befasa kanda aï mintet. 

  

Abwi etitib bod aza laton nye, betiege a Galilea aï a Dekapol, aï a Yerusalem, aï a Yudea aï a Yordan ayat. 

  

Traduction en français : 

  

Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.  

  

Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui amenait tous ceux qui souffraient de maladies et de douleurs de divers genres, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques ; et il les guérissait.  

  

Une grande foule le suivit, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d’au delà du Jourdain. 

  

25 février, 2011

Bod bayege Ewondo – Nloe Beyege be osu

Classé dans : apôtres,beyege,Ewondo,nloe — ewondo @ 17:46

Bod bayege anlan ewondo : Les gens apprennent la langue Ewondo

 

NLOE BEYEGE BE OSU: ‘L’appel des premiers apôtres’

  

Mbol :Comme 

Awulugu : (se prononce Awoulougou) Il ou elle marchait

Atoban : Il rencontra (ou il vit

  

Foe : Un 

Bè : Deux 

Bebè (se prononce Be Bai) : Les deux 

  

Manyan : Son frère 

Babenyan (se prononce comme il s’écrit) : Les ou des frères 

Aï babenyan bebè : Les deux frères 

  

Ma loe :J’appelle 

Ba loe : Tu appelles 

Beloege :On appelait 

  

Ya beloege : Qu’on appelait

Na :ainsi 

  

Ban (se prononce Ban ne) : Avec 

Ban Manyan : Avec son frère

  

Andreas : André 

Petrus (se prononce Petrouss) : Pierre 

  

Mvunda (se prononce Mvounda) : Filets (de pêche)

Bawoa : Ils jetaient 

Bekele bawoa mvunda a man : Ils jetaient un filet dans la mer 

  

  

Amu : Parce que 

  

Mengabe : J’étais 

Wongabe : Tu étais 

A ngabe : Il ou elle était 

Bi ngabe : Nous étions 

Mi ngabe : Vous étiez 

Bengabe : Ils étaient 

  

Koas : Le poisson

Kos : Les poissons 

Belob : Les Pêcheurs 

Amu bengabe belob be kos : Parce qu’ils étaient des pêcheurs de poissons 

  

Zaan : Venez 

Miaton ma : Vous me suivez 

  

Mayi : Je veux

Wayi : Tu veux 

Ayi : Elle veut 

Byayi : Nous voulons 

Minayi : Vous voulez 

Bayi : Elles veulent 

  

Bod : Les gens ou les personnes ou les hommes et/ou les femmes 

  

Wulu : (se prononce Wou Lou) : marcher 

  

Ma wulu : je marche 

Wa wulu : tu marches 

A wulu : il marche 

Bya wulu : nous marchons 

Mina wulu : vous marchez 

Ba wulu : ils marchent 

  

Anga tam wulu ane hé : Il avait marché un peu (étant allé un peu plus loin

Befe : Les autres 

  

Aï babenyan befe bebè : Avec deux autres frères

Etié, Etié : (il faut prononcer les deux mots pour une traduction) : Aussitôt 

  

Dzoge (DZOGUE) : Laisser, abandonner 

  

Ma dzoge (se prononce Dzogue) : je laisse 

Wa dzoge : tu laisses

A dzoge : elle laisse 

Bya dzoge : nous laissons 

Mina dzoge : vous laissez 

Ba dzoge : elles laissent 

  

  

  

Mbol awulugu a ntsag man ya Galilea, ndo atoban aï babenyan bebè, Simon ya beloege na Petrus, ban manyan woe Andreas, bekele bawoa mvunda a man ; amu bengabe belob be kos. 

  

Nye aï bo na : « Zaan miaton ma, mayi mina bo belob be bod. » Ye anga tam ke sui nkobo, ndo fo benga dzoge mvunda dzaban, benga ke baton nye. 

  

Anga tam wulu ane hé, ndo fe atoban aï babenyan befe bebè, Yakob, man Zébédé, ban manyan woe Yohanes, betoa a mal aï esia woban Zébédé, bekomo mvunda dzaban ; ndo anga loe bö.

Etié, Etié, ndo benga dzoge mal maban, benga ke baton nye. 

  

Traduction en français : 

  

Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs.  

  

Il leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.  

  

Aussitôt, ils laissèrent les filets, et le suivirent.  

  

De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets.  

  

Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent.

24 février, 2011

A kobo Ewondo – MEDUGAN YA GALILEA (Le retour en Galilée de Jésus)

MEDUGAN YA GALILEA : Le retour en Galilée

  

A wog  (se prononce AWOK) : Il (elle) entend 

Ma wog (se prononce MAWOK) : J’entends

Anga wog : Il a entendu 

  

Mbök : Un 

Zamba mbök : Un seul Dieu 

Trinita enë Zamba mbök person ela : La Trinité Un Seul Dieu Trois Personnes 

  

  

Nnam : le pays, la ville 

  

Yohanes : Jean 

Petrus (se prononce Petrouss) : Pierre

Mimbog : (la) Prison 

Na (se prononce naa) : que 

Yesu anga wog : Jésus a entendu { Jésus, ayant entendu}

  

Ma ke : Je vais {je m’en vais ; je me rends ; je me retire

Ndo :  Alors 

Anga ke : il s’est rendu {il (ou elle) s’est retiré (e)} 

Menga ke Angola : Je me suis rendu en ville (au centre-ville) 

Anga ke a Garges-lès-Gonesse : Elle s’est rendue à Garges-lès-Gonesse

  

Ma kodo : Je quitte

Bya kodo a Agay : Nous quittons Agay 

Wa kodo a Paris : Tu quittes Paris 

Ba kodo a Le Bois-Plage-en-Ré : Elles quittent Le Bois- Plage-en-Ré 

Akodo a Nazareth : Il quitta Nazareth 

  

Ake tobo : Il alla s’installer {elle (ou il) vint s’installer} 

Make tobo : je vais m’installer 

Byake tobo a Dunkerque : Nous allons nous installer à Dunkerque

 

 Man (se prononce ment et non pas manne) : la mer 

Ntsag : situé à proximité 

Mfa ya nkon nnam : près du territoire 

  

Anyu :la bouche, de la bouche de (annoncé par)

  

Atoban na : s’accomplit

  

Atarigi abog te : Dès ce moment là 

  

Anga tari : Elle (il) commença

Menga tari : J’ai commencé 

Binga tari : Nous avons commencé (débuté

  

Singan minsem mian : Répentez-vous 

  

Amu :Comme (car) 

Ayon : Le Royaume 

  

  

Awog Yesu, anga wog na befudi ya Yohanes a mimbog, ndo anga ke a Galilea, akodo a Nazareth, ake tobo a Kafarnaum a ntsag man, mfa ya nkon nnam Zabulon aï Neftali, mbol ye na anyu profet Isayas atoban na :

  

Nnam Zabulon aï nnam Neftali, Zen ya man, Nnam ya Yordan ayat, Galilea meyon !

Ayon y’angabe ngudu a dibi etere, ayen mod mfié ;

Eba bengabe toa a nnam dibi, a ndon awu, mfié ofié bo. 

  

Atarigi abog te, ndo Yesu anga tari na ake abo bikad mam, nye na : « Singan minsem mian, amu ayon ya yob ankun sö. » 

  

Traduction en français : 

  

Jésus, ayant appris que Jean avait été livré, se retira dans la Galilée.  

  

Il quitta Nazareth, et vint demeurer à Capernaüm, située près de la mer, dans le territoire de Zabulon et de Nephthali,  

  

afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète :  

  

Le peuple de Zabulon et de Nephthali, De la contrée voisine de la mer, du pays au delà du Jourdain, Et de la Galilée des Gentils,  

  

Ce peuple, assis dans les ténèbres, A vu une grande lumière ; Et sur ceux qui étaient assis dans la région et l’ombre de la mort La lumière s’est levée.  

Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche ».

23 février, 2011

L’Ail

Classé dans : Non classé — ewondo @ 19:51

Il est bon ce produit cru que cuit malgré sa vigueur.

L’ail et ses vertus

L’ail contient de l’allyle (de l’essence sulfurée volatile), du soufre, de l’iode, de la silice, c’est un antiseptique naturel et un merveilleux désinfectant, notamment pour les poumons. L’association naturelle de ces substances constitue un ensemble de protection de l’organisme contre les maladies, le déséquilibre glandulaire et bien d’autres troubles. 

  

L’ail stimule la sécrétion gastrique et la motricité des parois de l’estomac, il est apéritif et digestif. Bien qu’il ne soit pas toujours bien accepté (toléré) par l’estomac, c’est tout bonnement parce qu’il est mal mâché (assez mal mastiqué) et pas assez imprégné de salive ; ou encore que la muqueuse de l’appareil digestif est très irritée ou ulcérée. 

  

Dans les problèmes évoqués, les solutions sont doubles : dans un cas, il faut veiller attentivement à la trituration buccale ; dans l’autre cas, il faut prendre un peu d’eau avec de l’argile un moment avant le repas. 

  

L’ail joue un rôle dans la dissolution des concrétions parasitaires (cristaux d’acide urique, etc) des artérioscléreux et entraver la calcification des artères. Il stimule le cœur et purifie le sang. Il facilite la circulation et fait baisser la tension excessive. Pour ceux dont la tension est normale ou trop basse, il n’y a rien à faire, l’ail ne peut être que bénéfique.Ail en gousse 

  

L’ail est également un vermifuge naturel. Il faut l’utiliser cru afin de ne pas perdre ses essences sulfurées, très volatiles. 

  

Pour soigner et faire disparaître des verrues et des petits kystes, frotter les excroissances avec un tronçon d’ail plusieurs fois par jour. Vous pouvez allier l’usage de l’ail avec l’argile (faire des petits emplâtres ). 

L’ail peut aider également les rhumatisants et les arthritiques en usage externe en frictions sur les zones douloureuses. 

  

  

 

 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien