Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

28 mai, 2009

Bya Kobo Nkobo Ewondo – « Donnerstag achtundzwanzig Mai zweitausendneun »

Eye (se prononce Iye )          :      Un vêtement, un habit

Mayi        :        Je veux
nye yole    (se prononce nié  yolé) :        L’appeler

Mayi nye yole  dzoe na  Yves       :       Je vais l’appeler (le nommer) Yves

Beyem   (se prononce biyem)      :     Les rêves

Andem Byali         :       Il vient de naître
Ondem Byali         :       Tu viens de naître

Nkukuma English  y’ondem byali              :            Le roi (souverain) des anglais qui vient de naître
A Ne Ve Nkukuma English y’ondem byali ?         :            Il est (se trouve) où le roi des anglais qui vient de naître?

Anga di bibi  y a-abog             :                   Il a consommé le repas de la fête

Abog te             :             A  ce moment là

Anga wog                  :             Il a entendu

Anga wog nala             :            Il a entendu celà

Abog anga wog nala               :                 Quand (au moment ou) il a entendu celà

 

Mesigan             :               Les inquiétudes

 

Abog anga wog nala,  Nkukuma Albert asigan fo               :                 En apprenant cela, le roi Albert fut pris d’inquiétude

 

Ndamba              :                    Le ballon (la balle)

 

Mavoué Ndamba        :         Je joue au ballon
Avoué Ndamba           :          Il joue au ballon
Thierry Avoué Ndamba                :               Thierry joue au ballon
Bavoué Ndamba                  :           Ils jouent au ballon

Fada                 :                 Le prêtre

Befada              :                   Les prêtres

Befada balug Zamba          :          Les prêtres louent Dieu
Fada alug Zamba , ndo fo alug Yesu            :             Le prêtre loue (se prosterne) devant Dieu, mais également Jésus-Christ.

Meso  (se prononce Me SSO  Na)            :                    Je suis venu (e)
Aso           :                 Il est venu (elle est venue)

Ndo biso na biazu nye lugu               :                   Alors (donc) Nous sommes venus (présents) pour nous prosterner devant lui (pour le louer).

Togan        :            Rencontrer

Ndo fo anga togan Befada              :                   Il a rencontré les prêtres.

A nnam            :               Le pays
A nnam wamma              :            Mon pays

Menga yen         :             J’ai vu
Menga yen a nlo             :            J’ai rêvé ou j’ai vu en songe (J’ai vu en rêve )

Mbol                         :                    Comme (Mais ensuite)

Mbol menga yen a nlo ne te ma bar dugan a nda dzié             :                      Comme j’ai vu en rêve qu’il ne fallait pas que je me rende à nouveau dans sa maison (chez lui)

Anga kii zen fe                ::                     Il a pris une autre route (voie)

Menga kii zen fe             :              J’ai emprunté un autre chemin

Mbol Benga yen a nlo ne te ba bar dugan abe Mobutu, ndo benga kii zen fe, embo badugan a nnam woaban ba      : 
Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Mobutu, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin

19 mai, 2009

Ma kobo Nkobo Ewondo (Je parle la langue Ewondo) – am neunzehnten Mai zweitausendneun

Mine : Vous êtes
Mine Nku si : Vous êtes le sel de la terre 
Mine Mfié si : Vous êtes la lumière de la terre

Si : La terre

Nku : Le sel (Le sel alimentaire)

Nku y a si : Le sel de la terre
Mfié (se prononce hmfié ) : Le sel de la terre 
Mfié Si : La lumière de la terre 
Mene : Je suis
Wone  : Tu es
Mekol : Les pieds 
Akol : Le pied
Ai Mekol : Avec les pieds (pour à pied lorsqu’on  se rend d’un point à un autre 
 
 
Nda : Maison
Mene a Nda : Je suis à la maison 
Bine a Nda : Nous sommes à la maison

Wa : Toi 
Abe : chez 

Bya zu abe wa : Nous venons chez toi 
 

Yob :  Ciel
Yesu a ne a Yob : Jésus est au ciel

Dzala : Le village

Edzedzala :  La ville

Ndo fe :  Ensuite

Bakar ki :  On ne fait jamais

Makoe alamba : J’allume la lampe (se prononce Makoué)

Wakoe alamba : Tu allumes

Bakar ki bon na bekoe alamba : Et l’on n’allume pas une lampe

 
NKU SI, MFIE SI
Mine nku si. Da nge nku obar sama wayi bar bi zam ai dze efe? Wase ki fe ai mfi zin, oligi ya fo he na bewoa wo a fié bod bekodo wo ai mekol.

Mine mfié si. E edzedzala ase abama a nkol a yob, ase ki dzam sobo. Ndo a fe bakar ki bo na bekoe alamba, benga ke do soli a etum ankié; bakar kdo bod bese bene a nda et. Eye hm mfié mene wayean fié nala a mis me bod, ne beyen mimbembe mi mam ya miabo benga lugu hm Esia wan y’ane a yob.

Le sel de la terre. La lumière de la terre
…Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux.

 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien