Ma Nkobo Ewondo

Bienvenue sur mon blog

21 février, 2018

Les Missionnaires portuguais au Cameroun

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:11

Les premiers missionnaires venus au Cameroun

venaient de Malabo. Il s’agissait des révérends 

Joseph Merrick  (fils d’ancien esclave jamaïcain)

et Alfred Saker (anglais). En1858, A. Saker et J.

Merrick plus un petit groupe d’esclaves

s’installaient au Cameroun et A. Saker

acheta au roi Bakweri de Bimbia une grande

propriété en bord de mer de 16 km sur 8 km.

Le petit groupe bâtit une école, une église et des

bâtiments pour la mission mais ils durent aussi

affronter des problèmes de santé  ou l’hostilité

des populations.  Ils ouvrirent des églises, des

dispensaires et des centres de soins et formèrent

un grand nombre de pasteurs camerounais, des

tailleurs, des cordonniers,  des maçons et aussi

des charpentiers qui les aidèrent à construire

 l’église de Béthel en 1860 ; entre 1862 et 1872

Saker entreprit de traduire la Bible en langue

Douala.

7 février, 2018

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Classé dans : Ewondo,Kobogo,Kub,Obama — ewondo @ 1:42

Les sociétés Camerounaises avant la Colonisation

Au Cameroun avant les différentes colonisations, les

gens vivaient dans de petites sociétés bien

organisées; elles étaient sous l’autorité de chefs, de

rois, de Fons, de Lamibé… L’autorité de chef de village

était surtout respectée en temps de guerre et à sa

mort, les gens ne reconnaissaient pas forcément son

fils comme chef à moins qu’il n’ai aussi les qualités

requises de force et de bravoure à la guerre.

 

Les peuples  côtiers et ceux de la forêt

 

Certains rois : William, Akwa ou Bell s’enrichirent

grâce à leur main mise sur le commerce avec des

Européens. Toutefois, leurs royaumes ne furent

jamais très étendu. Les chefs  des peuples de la

côte et de la forêt étaient très différents de ceux des

GrassFields car ils n’avaient pas autant d’épouses,

de domestiques et d’enfants. Chez les peuples

de la forêt du littoral et du Centre-sud, comme les

Bassa et les Beti, le pouvoir politique était organisé

dans le cadre de ce qu’on a appelé la « démocratie

villageoise », système contrôlé par les aînés des

lignages et des familles et par des responsables

de confréries.

 

 

 

Les Nordistes

 

Depuis des siècles, le Nord avait disposé de

gouvernements bien organisés. La majorité

vivant sous l’autorité de chefs et de leur substitut.

Dans cette société, le chef commandait l’armée,

passait des traités de commerce, de paix et si

nécessaire décidait d’engager ou non son armée

dans la guerre. Il avait plusieurs femmes et

nombreux serviteurs. Chaque adulte de son

territoire devait lui payer l’impôt. Lorsque les peuls

(musulmans) arrivèrent au 18ème siècle, ils

transformèrent les chefferies en Lamidat. Le Lamido

était en même temps chef religieux et  politique.

Ils faisaient la guerre à leurs voisins pour les convertir

à l’Islam. Ils avaient de nombreuses épouses et

beaucoup d’enfants qui recevaient à l’âge adulte un

terrain non loin du palais pour construire leur demeure.

 

Les Bamilékés

 

Ce sont les Bamilékés, les Bamenda, les Bamoun.

Ils étaient organisés en puissantes chefferies sous

l’autorité des Fon, de Fonte, de Fais. Le Fon était

le titre le plus élevé. Celui ci était chargé de la

protection de la terre et de son peuple. Ils avaient

plusieurs épouses qui avaient chacune sa maison

dans le palais. Ensuite venait les Fonte qui avaient

sous leur autorité de vastes groupes de gens mais

devaient régulièrement rendre hommage au Fon.

Enfin, venaient les conseillers et les Ntchinda.

 

Les Bamoun avaient des croyances traditionnelles

puis devinrent chrétiens avec l’arrivée des

Européens, mais sous l’influence du puissant

Lamido de Banyo, une bonne partie se converti

à l’Islam. Le plus connu des souverains Bamoun

est le roi NJOYA qui inventa un moulin à broyer le

maïs et mis au point un système d’écriture.

 

4 décembre, 2017

Mayege anlan ewondo – bibuk ya nkoaba

Classé dans : A bo,A lan,abaman,abebe,Abwi,Afrique,apôtres,Asu,Atala,Atebe — ewondo @ 23:51

Anë :                                                                   Il est

Azu (se prononce azou) :                              Il vient

Owondo  :                                                                    L’arachide

Bëbëgë  :                                                                      Regarde

Biyem :                                                                        Les rêves

Makat :                                                                          Je dis

Akat :                                                                                     Il (elle) dit

MvÒm :                                                                        Chanceux

Bënë  :                                                                          Ils sont

Nkol (se prononce  ankol ):                                 La montagne (la colline)

Angayi :                                                       Il voulait

A nkol a si :                                                 En bas de la montagne

Bisë :                                                                                      Tous (toutes)

Mebua  (se prononce Meboa ) :                                    Pauvre

Nsisim  :                                                             L’esprit

Ekoe  (se prononce  Aikouai) :                             La  toux

Ebè  (se prononce    Ibai) :                                  Le  trou

Byem  :                                                        Les choses

Byakat  (se prononce Biakat) :                             Nous disons

Wakat  :                                                               Tu dis

Bakat :                                                                 Ils (elles ) disent

Byakat wa na  :                                             Nous te disons ceci

Bënë mvÒm :                                               Ils sont chanceux (bénis)

Bëbëgë e Byem bisë bi  :                                     Regarde toutes ces choses là.
Bënë mvÒm e ba  bënë  meboa a nsisim  :     Ils sont chanceux (bénis) ceux qui sont pauvres en esprit
Byakat wa na Zamba anë  :                           Nous te disons Dieu est (Nous te disons Dieu existe)
Yesus angayi sus a nkol a si :    Jésus voulait descendre de la montagne

Lettre de résiliation suite à une Mise en demeure inefficace

Classé dans : Non classé — ewondo @ 23:48

Cette lettre est proposée pour permettre aux personnes rencontrant des difficultés à rédiger de la reprendre et la modifier.

 

                                                                        Nom Prénom
Adresse
Code Postal et Ville
N° de client
N° de téléphone
FAI
Ville, le…

 

Objet : Résiliation de mon contrat d’abonnement – lettre recommandée avec accusé de réception -

Madame, Monsieur,

Par la présente, veuillez accuser réception de la résiliation de mon abonnement au service d’accès… (Internet, TV, Téléphonie) souscrit auprès de votre société.

Je constate que ma lettre de mise en demeure vous demandant d’appliquer les termes de notre contrat n’a pas eu l’effet escompté. Je vous informe par conséquent de la résiliation immédiate de mon abonnement, à vos dépends et sans pénalités exigibles de votre part.

Je vous informe également que je viens de révoquer l’autorisation de prélèvement automatique comme prévu par l’article 2004 du Code Civil. Cela ne me soustrait aucunement à mes engagements et aux éventuelles sommes dues que je vous réglerai par le moyen de mon choix.

Cette résiliation prendra effet au terme du délai de préavis défini dans les conditions générales applicables au dit contrat.

Je souhaite recevoir une facture de clôture de compte et une confirmation écrite m’indiquant la date effective de résiliation.

Je vous prie de bien vouloir supprimer de vos fichiers toute information relative à mes coordonnées postales et bancaires. Je m’oppose en particulier à toute utilisation, ou mise à disposition à des organismes extérieurs, de mes coordonnées personnelles à des fins commerciales (Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978).

Veuillez accepter, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Signature

3 décembre, 2017

Ewondo – Le climat du Cameroun

Climat du Cameroun

 

Deux grandes saisons rythment le climat : 

 

une saison des pluies (d’avril à novembre) et une saison sèche (de novembre à avril).

 

Températures :

 

Yaoundé (centre) : de 17° (en juillet) à 30° (en mars)

 

Douala (littoral) : de 22° (en juillet) à 31° (en février)

 

Garoua (nord) : de 16° (en décembre) à 40° (en avril)

 

Pluviométrie :

 

Yaoundé : de 22 mm (en janvier) à 300 mm (en octobre)

 

hygrométrie : 20 à 92%

 

Douala : de 50 mm (en décembre) à 300 mm ( en septembre)

 

hygrométrie : 75 à 97%

 

Garoua : de 0 mm (décembre-février) à 210 mm (en août)

 

hygrométrie : 10 à 70%

 

En résumé :

 

A Yaoundé, le climat sub-équatorial est légèrement tempéré par l’altitude, même faible (750 m). On note une grande saison sèche (décembre-mars) interrompue par de rares pluies, une petite saison sèche (mai-août) avec quelques pluies orageuses et une grande saison des pluies

 

(août-novembre). La température moyenne est de 24° ; cent cinquante-trois jours de pluie par an ; les écarts de température entre le jour et la nuit peuvent être importants.

 

A Douala, le climat est chaud et humide. La température moyenne est de 26° ; le degré hygrométrique diminue quelque peu dès que l’on s’éloigne de la côte ; la température de nuit est à peu près la même que la température de jour, ce qui rend nécessaires les climatiseurs (plutôt assécheurs d’humidité que réducteurs de température) de novembre à juin. Proche de l’équateur, la nuit et le jour sont sensiblement équivalents à Douala tout au long de l’année, avec un coucher du soleil vers dix-huit heures.

 

1 décembre, 2017

Mayege anlan ewondo – Sondo a_belë memos zamgbal – Vendredi le 1er décembre 2017

Classé dans : Non classé — ewondo @ 22:44

Alu ou ALOU : la nuit

Melü ou MELOU : les nuits

Amos ou AMOSS : le jour

Me_mos ou MEMOSS : les jours

Awola : l’heure

Me_wola : les heures

Zamgbal : sept, 7

Moe me memos be sondo benë : les noms des jours de la semaine sont

 

Sondö : la semaine

Abele ou A_bele : elle (il) a ; avoir

Melu mete : ces nuits là ; en ce temps là

Moe : le nom, les noms

Dzoe : le nom, les noms

Sondo a_bele melü zamgbal : la semaine a 7 nuits

 

Mondi : lundi

Sondo melu me tan : mardi

Sondo melu me nyi : mercredi

Sondo melu me melë : jeudi

Sondo melu mebë : vendredi

Seradë : samedi

Sondö : dimanche

 

Sondo melu me tan : dimanche cinq, vendredi

Sondo melu me nyi : dimanche quatre, mercredi

Sondo melu me melë : dimanche trois, jeudi

Sondo melu mebë : dimanche deux, vendredi

 

Ana : aujourd’hui

Alu da ana : il y a un jour

Etoadzi : maintenant

Ngedek : la taille , autour

Afangan : confesser, elle (il) confesse

 

Nnam ( ou A_Nnam) : le pays,

Nkod : sec

A_suan ou A_SOUAN : arriver, arrive (elle ou il)

A_tsende : changer, elle (il) change

Enyin : la vie

Nsem : un péché

Minsem : les péchés

Nkod_nnam : le pays sec, le pays désertique, le désert

Dzan : vos, les vôtres

Minsem dzan : vos péchés

Ntit (se prononce AN_NTI) : le Seigneur (Jésus)

Ekob : la peau

 

A_dzo : elle (il) dit

A_dzo na : elle (il) dit ceci (ou cela)

Enyin misem dzan : vos comportements de la vie, vos comportements

Eyié : un habit, un vêtement

Kamel : un chameau

Miaban ; leurs

Minsem miaban : leurs péchés

Komezan : préparez

A_komezan : elle (il) prépare (non pas cuisiner)

Mendim : l’eau

Bekele : ils (elles) allaient, venaient

Bekele abe nyié : ils allaient vers lui, elles venaient vers lui

Melu mete, ndo fo Yohanes Ndu-Bod anga suan a nkod nnam ya Yudea, ake ayedan na : « Tsendegan enyin minsem dzan, amu ayon ya yob ankun so ».Enye profet Isayas angabe dzo naKin enyo ya yedan a nkod-nnam;

 

Komezan mezen me Nti,

 

Nyoegan nye mezen mene minkot !

 

10 novembre, 2017

Ma yege ewondo – Bëbëgë e Byem bisë bi – Vendredi 10 novembre 2017

Classé dans : Cameroun,Ewondo,ma_kobo — ewondo @ 0:37

Anë :                                                                   Il est

Azu (se prononce azou) :                              Il vient

Owondo  :                                                                    L’arachide

Bëbëgë  :                                                                      Regarde

Biyem :                                                                        Les rêves

Makat :                                                                          Je dis

Akat :                                                                                     Il (elle) dit

MvÒm :                                                                        Chanceux

Bënë  :                                                                          Ils sont

Nkol (se prononce  ankol ):                                 La montagne (la colline)

Angayi :                                                       Il voulait

A nkol a si :                                                 En bas de la montagne

Bisë :                                                                                      Tous (toutes)

Mebua  (se prononce Meboa ) :                                    Pauvre

Nsisim  :                                                             L’esprit

Ekoe  (se prononce  Aikouai) :                             La  toux

Ebè  (se prononce    Ibai) :                                  Le  trou

Byem  :                                                        Les choses

Byakat  (se prononce Biakat) :                             Nous disons

Wakat  :                                                               Tu dis

Bakat :                                                                 Ils (elles ) disent

Byakat wa na  :                                             Nous te disons ceci

Bënë mvÒm :                                               Ils sont chanceux (bénis)

Bëbëgë e Byem bisë bi  :                                     Regarde toutes ces choses là.
Bënë mvÒm e ba  bënë  meboa a nsisim  :     Ils sont chanceux (bénis) ceux qui sont pauvres en esprit
Byakat wa na Zamba anë  :                           Nous te disons Dieu est (Nous te disons Dieu existe)
Yesus angayi sus a nkol a si :    Jésus voulait descendre de la montagne

24 septembre, 2017

Ma kobo anlan ewondo — Anga ki bidi a tan memos mewom menyi — sunday september 24, 2017

Nnam :   Le pays
N’gola :   La ville

Nkod :  (se prononce enkot) : sec (sécheresse)
 Nkod – Nnam :      Le désert (Le pays sec)

Ane ntilan na  :       Il est écrit (que )

Memos :           Les jours

Melu  :              Les nuits

ai :      (qui signifie)    et

Memos ai Melu :              Les nuits et les jours

Mewom :                  Dix (ou dizaine )
Nnyi :           Quatre
Mewom Menyi  :           Quarante

Ne satan ake nye bobolo :         Que le diable aille le tenter (le provoquer)

Ndo Yesu anga yalan nye na :        Alors Jésus lui répondit

Bidi :            la nourriture

Mawog  :     (se prononce    Ma wok)                 J’ai (J’écoute)  (J’entends)
Mawog  zié  :            J’ai faim
Awog zié  :              Il a faim
Bawog zié :            Ils (elles) ont faim
Ma ki   :            Je refuse

Wa ki   :         Tu refuses

a   ki :             Il (elle) refuse

ba ki  :          Ils (elles) refusent

A Nda :           A  la maison
Ndo a fe :       Encore

Wa ligi: se prononce (wa ligui) :            Tu restes

Ma ligi A Nda:            Je reste à la maison
Wa ligi A Nda:         Tu restes à la maison

Isié (se prononce Issié) :          Travail
Ake (se prononce aque):         Il va; il s’en va

Ma sié :        Je travaille
Wa sié:          Tu travailles
M’ake Isié :             Je vais au travail; Je me rends au travail

A Nda :           A  la maison
Ndo a fe :       Encore

Wa ligi: se prononce (wa ligui) :            Tu restes

Ma ligi A Nda:            Je reste à la maison
Wa ligi A Nda:         Tu restes à la maison

Isié (se prononce Issié) :          Travail
Ake (se prononce aque):         Il va; il s’en va

Menga ki    :               J’avais refusé
Wo nga ki    :            Tu avais refusé

Anga ki :         Il (elle) avait refusé
Benga ki :       Ils (elles) avaient refusé
Anga ki bidi  :       Il avait refusé de manger
Nsisim   :     (se prononce Ansissim)            L’esprit
Anga ki bidi a tan memos mewom menyi ai melu mewom menyi   :     Il avait refusé de manger durant quarante jours et quarante nuits
Ndo anga tari na awog zié :           Alors  il a commençé à avoir faim

Nge one fo moan Zamba :            Si tu es aussi le fils de Dieu
Yoege hala, osuman asi :           Jettes- toi en bas
Amu ane ntilan na  :                Car il est écrit

Anga bende beengles boe asu doe na : beke bakala wa a mezen moe mese, bayi wa bege ayob, ne obak oza non wa a akol : 
Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.
Ma sié :        Je travaille
Wa sié:          Tu travailles
M’ake Isié :             Je vais au travail; Je me rends au travail

10 septembre, 2017

Mayege anlan ewondo – E Vevee bèè – dimanche 10/09/2017

Classé dans : Anyu,Cameroun,Ewondo,kalara,Katekismus — ewondo @ 21:58

Osu (se prononce OSSOU: Le premier, premier

Evevee : être vivant

Evevee osu :Le premier être vivant

Mfum (se prononce EMFOUM) : blanc

Ekabeli : Un cheval

Ekat : Une couronne

Zingi : Vainqueur

Elae : Un arc

Mentem : Voici

Mentem na : Et voici

Ontele ma : me parut

Afami : Quand

 

Bèè : le second

Efedega bèè : le second sceau

E Vevee bèè : Un second être vivant, le second être vivant

Label Ngongo Ottou Christian ayege anlan ewondo

 

Azuon : Roux

Eviege (se prononce EFIEGE) : Ressemble, ressemblait

Enga ham : Sortit, surgit

Efe : Un autre

Enga ham : paraître, sortir

Ekabeli efe enga ham : Un autre cheval sortit (de son antre)

18 avril, 2016

Mayege Ewondo — Betara bamän

Classé dans : Ewondo,Yaoundé — ewondo @ 20:28

Annem  un coeur Minnem   Les (des) cœurs

Abyali Ngongo Christian  La naissance de Ngongo Christian

Bod  Les gens

Ngal (se prononce angal)   L’épouse (la femme)

Nnom (se prononce annom)   Le mari (l’époux)

Maria abye Pietrus abe nnom Ngongo Ottou Christian Marie engendre Pierre de son union (mariage) avec Ngongo Ottou Christian

Makobo (se prononce Ma quoibo ou quoiba)   Je parle

Wakobo (idem pour la pronociation)     Tu parles

Akobo        Il parle

Byakobo    Nous parlons

Miakobo      Vous parlez

Bakobo       Ils parlent

Nyia       La mère (maman)

Nyia woe       Sa mère

Nyia wamma       Ma mère

Yosef (se prononce Yosep)      Joseph

Anton (se prononce An ton)     Antoine

Mengabe      J’étais

Betara: Nos pères

Benga lig na: Ils (elles) ont laissé [ces consignes]

Ebug : La parole

Ebug Zamba : La parole de Dieu

Kele kad Boan Label Ngongo na : Va dire aux enfants de Label Ngongo que

Abog te : A cette époque (A ce moment là)

Minga yen : Vous avez vu

Anga yen : Il a vu

Menga yen : J’ai vu

Benga yen :Ils (elles) ont vu

Mazu (se prononce mazou) : Je viens

Azu (se prononce azou) : Il (elle) vient

Bimvam bi Yesu : les ancêtres de Jésus

Babenyan boe : ses frères

Moan David : l’enfant de David

Moan Abraham : l’enfant d’Abraham

 

12345...11
 

mathilde009 |
lifestyle |
Le Blogidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1 blog environnement
| Demain le Burundi
| de tout et de rien